La maladie d'Alzheimer

par Sophie Gongoux-Trabelsi

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Gilles Darcy.

Soutenue en 2007

à Paris 13 .


  • Résumé

    La maladie d’Alzheimer est une affection dégénérative du cerveau qui associe des troubles prédominants de la mémoire, des troubles cognitifs et du comportement ayant un retentissement sur la vie quotidienne des patients. Elle est associée à deux types de lésions : les plaques séniles et les dégénérescences neurofibrillaires. L’âge est le premier facteur de risque, ce qui explique sa prédominence après l’âge de 65 ans. Dans quelques rares cas, la maladie apparaît de manière précoce, avant l’âge de 65 ans, chez des sujets porteurs de mutations génétiques familiales. Cette maladie touchait en 2000, 400 000 personnes en France, 8 millions de personnes en Europe et entre 17 et 25 millions de personnes dans le monde et ces nombres ne font qu’augmenter. Aujourd’hui, elle concerne 860 000 personnes en France et 26,6 millions de personnes dans le monde. Les traitements actuels, les inhibiteurs de cholinestérase (Aricept, Exelon et Réminyl) et les antagonistes N-Méthyl-D-Aspartate (Mémantine), sont associés à une diminution du risque de déclin cognitif mais ils ne permettent pas d’agir sur les deux lésions. C’est pourquoi, les perspectives de traitement reposent sur la découverte de molécules capables de bloquer, voire de prévenir la production de ces lésions et ainsi d’éviter l’apparition de la démence. Les personnes atteintes de cette démence sont prises en charge à domicile ou en institution par des aidants familiaux et professionnels dont le rôle est primordial pour les aider quotidiennement dans les actes de la vie courante, les stimuler, les soigner et leur permettre de conserver un maximum d’autonomie. Travail qui s’accroît avec l’évolution de la pathologie provoquant une fatigue physique et psychologique considérable surtout pour les aidants familiaux d’où l’intérêt de recueillir un maximum d’informations sur cette maladie et les différentes aides existantes, de suivre des formations, d’être épaulé par la famille et/ou des associations par le biais des groupes de soutien, de pouvoir se reposer… La maladie d’Alzheimer est synonyme pour ces aidants de patience, de dévotion, de souffrance, de solitude, de courage… et surtout d’amour.

  • Titre traduit

    Alzheimer disease


  • Résumé

    Alzheimer’s Disease is a degenerative condition of the brain, predominantly affecting the memory, cognitive capacity and causingmotor skill disabilities affecting the patient’s daily life. The disease is associated with two types of cerebral damage : senile patches and neurofibrillaire degeneration. Age is the highest risk factor, which explains its predominance in the over 65s. In certain cases however, the disease presents in the under 65s, usually in those who have a genetic susceptability to it. In 2000, this disease affected 400,000 people in France, 8 million in Europe, and between 17 and 25 million worldwide, figures which are sure to rise. Today, over 860,000 people are affected in France and 26,6 million worldwide. The existing treatments, inhibitors of the cholinesterase (Aricept, Exelon et Réminyl) and the N-Methyl-D-Aspartate antogonists (Mémantine) are associated with reducting the cognitive decline but they are associated with reducting the cognitive decline. This is why the treatment research depends on molecules that are able to block the production of these lesions and therefore avoid the appearance and onset of the dementia. People suffering from this illness are taken care of by family members and health workers, whose aims are to help with daily life, stimulation by interaction and conversation, administer care, and most importantly, allow the sufferer to keep as much independence as possible within the constraints imposed upon them by their disease. The carer’s workload increases with the further development of the illness, leading to physical fatigue and considerable psychological stress, even more so if the carer is a family member, where the weight of responsibility is greater. They must search for information about the disease and its implications, follow healthcare professionnal’s advice, and ask for as much help as possible; from the healthcare system, but also from support groups, whose involvement proves invaluable to most. In effect, the carer of someone with Alzheimer’s Disease is synonymous with patience, devotion, emotional suffering, solitude, courage… and most of all, love.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (446 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 424-435

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2007 057
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.