Les grèves ouvrières en banlieue nord de Paris : (1921-1935)

par Eunha Lyu

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jacques Girault.

Soutenue en 2007

à Paris 13 .


  • Résumé

    Le total des grèves en France décroît entre les deux grands mouvements de 1919-1920 et de 1936. En banlieue nord de Paris, contrairement à la tendance nationale, les grèves connaissent une tendance croissante, et leur pourcentage se renforce par rapport au niveau national. Ce phénomène résulte de l'industrialisation de la banlieue nord qui s'accélère à partir de la fin de la Première Guerre mondiale. Le transfert des entreprises parisiennes vers la banlieue et la création d’industries nouvelles expliquent son développement industriel qui atteint des zones moins développées. En conséquence, la quantité de grèves augmente en banlieue nord. Les conflits sociaux sont les plus importants dans le secteur dominant de la métallurgie. Les ouvriers du bâtiment et des travaux publics sont aussi actifs, mais moins qu’à la fin du XIXème siècle. Si le total des grèves dans les industries du bois diminue dans l'entre-deux-guerres, il progresse dans les transports. D'autres industries occupent une place plus marginale dans ces conflits. Les arrêts de travail s’expliquent par la conjoncture économique. Les grèves surviennent surtout dans la période d'essor, alors que le ralentissement de l’activité économique entraîne leur réduction. Par ailleurs, la hausse du coût de la vie suscite leur déclenchement, et la concentration ouvrière en favorise la fréquence. Dans leur développement, les syndicats, surtout la C. G. T. U. , jouent un rôle important, ainsi que le Parti communiste. Profitant de l'accroissement de la population ouvrière en banlieue nord, ces organisations s'y implantent mieux et influencent fortement sur le déclenchement des grèves. Elles contribuent aussi au changement des tactiques des grévistes. L'organisation du mouvement par les syndicats se conjugue avec l'aide apportée par des municipalités de gauche. Les entorses à la législation du travail dans l'entre-deux-guerres provoquent diverses revendications qui s'ajoutent à celles portant sur la durée de travail et les rémunérations. Les mouvements de grèves dans la banlieue nord entre 1921 et 1935 entretiennent aussi des rapports étroits avec la situation sociale et politique.

  • Titre traduit

    ˜The œworker strikes in the north suburbs of Paris : (1921-1935)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (500 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 470-487

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre d'histoire sociale du 20e siècle. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 1357 LYU
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2007 062
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.