Une entreprise à l’épreuve de la guerre et de l’Occupation : la compagnie des machines Bull, 1939-1945

par Paulette Richomme

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Alain Plessis.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette thèse est consacrée à l’étude de la vie de la Cie des Machines Bull, constructeur de machines à cartes perforées, pendant la 2ème Guerre Mondiale. Dans les années trente, cette industrie ne comportait que trois constructeurs, dont deux étaient américains, l’I. B. M. Corp. Et la Sté POWERS, la seule française étant la Cie Bull, la plus modeste aussi, créée en 1931. Après l’occupation de la France par les Allemands, la Cie Bull fut convoitée à la fois par les services mécanographiques de la Wehrmacht (O. K. W. ) et par une grosse entreprise allemande, la Sté Wenderer Werke , de Chemnitz. Pour ne pas tomber entre les mains de l’O. K. W. , la Cie Bull choisit de négocier avec la Wanderer-Werke avec laquelle elle conclut un contrat qui n’était pas désavantageux pour elle et dont, de report en report, la signature n(intervint que le 30 décembre 1942, Jacques Callies – P. D. G. De Bull – s’y trouvant contraint pour éviter les réquisitions de son personnel pour les S. T. O. Pendant tout ce temps de reports, la Cie Bull put travailler pour sa clientèle française et en particulier pour l’E. M. A. (Service National des Statistiques) et le Contrôleur Général Carmille qui préparaient une mobilisation clandestine pour soutenir les troupes alliées lors de leur débarquement. Après l’Armistice, Jacques Callies dut d’abord se justifier devant une Commission d’Epuration Interne à l’entreprise qui lui décerna une attestation toute à son honneur. Puis, elle fut citée devant la Commission de Confiscation des Profits Illicites. Bien que la Compagnie n’eut livré à la Wanderer-Werke que très peu de matériels elle dut reverser au trésor une partie des bénéfices encaissés. Mais, grâce à l’habilité et à la ténacité de Jacques Callies et de son équipe de direction, la Cie Bull sortit de la guerre nettement plus puissante qu’elle n’y était entrées, ayant créé une industrie française des machines à cartes perforées, affranchie de tout dépendance étrangère.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (408, 219 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 192-203. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut d'histoire économique et sociale. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1289
  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-208 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.