Nomadismes artistiques : des esthétiques de la fluidité

par Alix de Morant

Thèse de doctorat en Arts du spectacle. Théâtre

Sous la direction de Béatrice Picon-Vallin.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette étude aborde dans une perspective transdisciplinaire, tant sous l'aspect sociologique qu'esthétique, le nomadisme des artistes contemporains. En suivant l'histoire des arts, du dix-neuvième au vingt et unième siècle et en se plaçant dans le contexte mouvant de la mondialisation, on a observé des phénomènes distincts. Tout d'abord, la résurgence d'un nomadisme de la troupe qui permet aux artistes du cirque et du théâtre de concilier un mode de vie itinérant avec l'exercice journalier d'un métier. Ensuite, de l'individu au collectif, on a pu analyser l'évolution progressive d'une identité artistique vers le régime de singularité qui la caractérise, phénomène social d'exception que le bohémianisme permet d'appréhender. Enfin, de l'élaboration d'une situation à une inscription dans l'espace, de Fluxus au Situationnisme en passant par le Land Art, nombreux sont les artistes qui désertent aujourd'hui les scènes pour explorer les territoires et mettre en valeur une poétique du trajet. Marches, dérives, déambulations : ces nouvelles formes de théâtralisation et d'intervention directes sont regroupées ici sous le titre d'esthétiques de la fluidité. Au-delà de l'étirement du présent et d'un déploiement dans le paysage, ces propositions emploient une palette stylistique comparable à celle dont on use sur les plateaux. Mais loin des cadres qui voudraient les contenir, leur spécificité réside dans le fait d'avoir choisi la mobilité. Davantage processus que résultat, les arts nomades infléchissent les comportements d'un récepteur invité à collaborer activement et participent d'une mutation de la représentation à laquelle concourent déjà les nouvelles technologies.

  • Titre traduit

    Artistics nomadisms : aesthetics of fluidity


  • Résumé

    By following art history from the nineteenth to the twenty-first century, and using for setting the dynamic age of globalisation, this essay is dedicated to nomadisms in post-modem performing arts. The first movement of this study has for aim to investigate the topics of new social and aesthetic nomadism with tools of sociology but also philosophy (Flusser, Said, Appadurai, Sloterdijk, Deleuze) and to defme the particular figure of the artist from the "bohemian spirit" of the romantic period, the wanderer of Walter Benjamin, to present walking artists. Theatre has always been an art of movement, assimilating other arts or techniques, and recently extended its field to mixed media and technology. But in saure last ten years, influenced by performance and happening, from Fluxus to Situationism, a few artists decided to adopt a flexible and undefined identity and shifted from the scenes to real landscapes or peripheral urban areas, in order to explore unusual spaces where it is still possible to experiment and socialize. This research about artistic nomads starts at the end of the nineties following up on all sorts of itinerant forms, from walkabouts to theatre trucks, from circus tents to ephemeral constructions and defines the profile of an unsettled artist, who does not avant to belong any longer to any artistic category but wishes to experience travel as an art of living. To either study these present forms as a critic or to follow those new paths as a spectator, common patterns must be forgotten and disorientation must be accepted. As the French philosopher Deleuze says," nomad sciences need poetic behaviours". . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (pagination multiple)
  • Annexes : Bibliogr., 9 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-187 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.