La Moira enchantée au Portugal : mémoires d'un récit mythique

par Maria Adelaide da Silva Cristóvão

Thèse de doctorat en Langues, littératures et civilisations romanes. Portugais

Sous la direction de Idelette Muzart Fonseca dos Santos.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Du Nord au Sud du Portugal, des ruines d'anciens monuments ou de villages abandonnés, ainsi que des rochers, des dolmens, des grottes, des fontaines, des puits et des cours d'eau accueillent en leur sein un être fantastique, une Moira enchantée, qui y garde un trésor et attend un humain qui voudra bien briser son enchantement. C'est sous forme tantôt humaine, tantôt animale (serpent ou chèvre), tantôt mi-femme mi-animal serpent à partir de la taille, que la Moira se laisse apercevoir. On la voit à la Saint-Jean, elle coiffe ses cheveux d'or au soleil, elle tisse avec des métiers à tisser en or ou encore elle offre des figues, des noix de galle et du charbon qui ensuite se transforment en or. Pour briser son enchantement elle demande aux bergères du lait et du pain et aux bergers de les embrasser quand elle a pris la forme d’un serpent. Il s'agit de récits mythiques, hérités de la mémoire collective, élaborés incessamment par les apports individuels qui contribuent à l'identité de la communauté dans une perspective de vie et de mort, donc de fécondité et de fertilité. Ces récits mythiques de la tradition orale laissent entrevoir l'écho de divinités et de mythes anciens, notamment grecs, romains, germaniques et indiens et trouvent des analogies avec des êtres fantastiques et des divinités d'autres pays, héritiers comme le Portugal, d'un patrimoine indo-européen. "L'indépendance de la Biscaye", "la dame au pied de chèvre" et "la dame marine » ainsi que d’autres récits « mélusiniens » montrent l’union d’un mortel avec un être surnaturel subordonné à un interdit. Leur rencontre avec des récits oraux de Moiras enchantées permet de découvrir les relations qu’ensemble ils peuvent tisser.

  • Titre traduit

    ˜The œenchanted Moiras of Portugal : memoirs of a mythical narrative


  • Résumé

    From the North down to the south of Portugal, in the ruins of ancient monuments and of abandoned villages, as well as in certain rocks, dolmens, grottos, water springs, wells and even rivers we find the shelters to an enchanted Moira, a fantastic creature that was entrusted of a treasure. This creature, a she, waits for someone to disenchant her. Sometimes this creature appears to humans under the shape of a woman and others under that of an animal (a goat or a serpent). She can also show herself as a woman in the torso and as a snake from the waist down, simultaneously. It usually shows by the Saint John’s festivities, combing her golden hair in the sun. It weaves in golden looms and offers figs, gall-nuts or coal, which will later on turn into gold. In order to break the enchantment she is under, she asks for bread and milk to the shepherdesses. As far as the shepherds are concerned she will ask them to allow themselves to be kissed by her while under a serpent’s shape. These mythological narratives are inherited from the collective memoir and constantly recreated by those who reckon them. The former play a significant role in the community’s sense of identity. They are an outcome of the questioning on life and death matters, that is to say about fecundity and fertility. These narratives of the oral tradition resound divinities and myths namely Greeks and Roman ones, and of German and Indian origins. They establish relations of analogy with other supernatural beings and also with divinities from other countries heirs, as well as Portugal, of an Indo-European patrimony. «A independência da Biscaia», «A dama do pé de cabra» and «A dama marinha» as well as other narratives of Melusinian type, show the coupling of a human being with a supernatural one, based on an interdiction. Bridging these narratives to the oral ones of enchanted Moiras allows to uncover the reports that are weaved between them.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (549 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 359-376

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-183 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.