De l’avant-garde historique américaine à la création expérimentale contemporaine aux États-Unis : rupture ou continuité ? : l'esthétique de la fragmentation

par Ophélie Landrin

Thèse de doctorat en Arts du spectacle

Sous la direction de Christian Biet.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    En 1959, le Living Theatre montait The Connection de Jack Gelber. L’année suivante fut marquée par l’apparition officielle du terme et du mouvement « Off-off-Broadway » : l’avant-garde théâtrale américaine naissait dans un contexte socio-politique en déroute. Cette avant-garde historique est marquée par deux mouvements. Un premier, qui répond au contexte du mouvement pour les droits civiques et à la guerre du Vietnam, doit trouver les outils esthétiques permettant de répondre à ces contestations et s’exprime par un décloisonnement des formes antérieures. Un deuxième mouvement, quant à lui, se démarque par une esthétique plus visuelle, formelle, caractérisée par le collage, le montage et la fragmentation, et se détournant du politique. Le Wooster Group émerge alors au milieu des années soixante-dix, radicalisant les esthétiques de cette avant-garde historique, tout en forgeant sa propre esthétique fondée sur la remise en question de toutes formes d’autorités textuelles et de la représentation. Les jeunes compagnies new-yorkaises, à partir des années quatre-vingt-dix, héritières des compagnies et des artistes de l’avant-garde historique, tentent alors de se construire leur propre identité, tout en œuvrant dans l’ensemble dans une esthétique de la fragmentation. La performance solo, qui privilégie la présence corporelle et le langage pour dénoncer les incohérences et les discriminations de la politique et de la société américaine, semble, seule, se démarquer de cette avant-garde historique et de son esthétique visuelle et fragmentaire

  • Titre traduit

    From the American historical avant-garde to the contemporary experimentations in the United-States : rupture or continuity ? : the aesthetics of fragmentation


  • Résumé

    In 1959, the Living Theatre staged The Connection by Jack Gelber. The following year, the term « Off-off-Broadway » was coined for the first time : the American avant-garde theatre took birth in a political and social turmoil. This historical avant-garde is characterized by two movements. The first one responds to the civil rights movement and the Vietnam war and has to find the means to answer these protests by breaking up with previous artistic forms. The second one is characterized by a more visual et formal aesthetics, collage and fragmentation, moving away from political questions. The Wooster Group emerged in the middle of the seventies and, while developing the aesthetics of the historical avant-garde further, it created it’s own style by exposing all forms of textual and performative authority. The young companies and artists of New York, starting in the nineties and inheriting from the historical avant-garde, then tried to construct their own style while working on the whole in a fragmentary mode. However, Solo performances that privilege the presence of the body and of the language in order to expose the political and social paradoxes and discriminations, appeared, alone, to break through with this historical avant-garde and it’s visual and fragmentary aesthetics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. ([737], 83 p.)
  • Notes : Thèse non reproduite sur microfiches
  • Annexes : Bibliogr. p. 699-722. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Théâtrothèque Gaston Baty (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : D4 397 (1-2)
  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-168 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.