Nature en politique : mutations : sociologie du travail scientifique dans le projet de parc national en Guyane française (1930 - 2007)

par Maëlle Ranoux

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Paul Billaud.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette recherche analyse comment et pourquoi la mise en politique de la nature amène à repenser la frontière entre nature et culture. Cette analyse est menée à travers l’étude du processus d’élaboration du Parc National de Guyane Française créé en 2007. Nous mobilisons l’approche de la sociologie des sciences latourienne afin de comprendre la place de la recherche scientifique dans cette élaboration. Par les liens qu’elle noue entre différents éléments de la réalité, elle a la capacité de construire des objets de recherche. L’intérêt de notre travail est de suivre ces objets de recherche lorsqu’ils se transforment en objets politiques à l’intérieur du projet de parc. Nous analysons alors les éléments qui construisent le processus d’action politique et notamment leur appartenance à la nature aussi bien qu’à la culture. Dès lors, aux moments clefs du processus de création du parc, le registre de la santé apparaît. Il est nécessairement un lien entre nature et culture puisqu’il traite de la biologie de l’homme. Au final, cette recherche démontre que la mise en politique de la nature crée des mutations, aussi bien au sein de cette dernière que dans l’élaboration de son approche collective. On observe alors un passage d’un mode de relation à la nature vers un autre : l’ontologie naturaliste, telle que définie par Descola, habituelle en Occident et l’ontologie analogique vers laquelle les acteurs du projet de parc tendent.

  • Titre traduit

    Politicization of nature : transformations : sociology of sciences in the national park project in French Guyane (1930 - 2007)


  • Résumé

    This research sheds light on how and why the politicization of nature leads to think of a new boundary between nature and culture. This study has been carried out thanks to the elaboration process of the French Guyana national park created in 2007. We are going to use Latoure’s approach of social studies of science in order to understand the position of scientific research in this elaboration. Thanks to the bonds it makes between different elements of reality, it can build objects of research. The significance of our work is to pay attention to these objects of research when they turn into political objects within the project of the park. Thus, we will analyse the elements which trigger the political action process. Finally, this research shows that the politicization of nature brings about transformations be it in nature itself or in the elaboration of its collective approach. From then on, a tension can be found between two ontologies which define a type of relation to nature as described by Descola : the naturalistic ontology used by the Western countries and the analogical ontology targeted by the people of the park. The level of health mirrors this tension. It is in itself a link between nature and culture since it deals with human biology. From then on, it plays an important part in the creation of the Guyana national park.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (518-[104] p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 485-515

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-167
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.