Signes physiologiques, psychologiques et psychomoteurs liés aux effets de la fatigue par l’exercice physique chez l’enfant

par Emmanuel Villaret

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de Armande Le Pellec Muller.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le nombre d’accidents en milieu scolaire montre que 75 % des accidents ont lieu lors du cours d’EPS. Les objectifs ministériels stipulent que l’enseignant doit garantir la sécurité de ses élèves et prévenir tout risque d’accident. Dans ce cadre, notre recherche s’est orientée vers un des facteurs potentiels d’accident lié à une quantité de travail trop importante au regard des capacités physiques de l’élève. Nous formulons l’hypothèse que la fatigue engendrée par l’activité physique s’accompagne de signes concrets, observables par l’enseignant et évoluent simultanément aux modifications biologiques, psychologiques et psychomotrices en réponse à l’exercice maximal aérobie. Huit signes ont été observés lors de la réalisation de 142 tests de course chez l’enfant. Les résultats montrent une évolution contrastée des signes selon le niveau de performance de l’enfant. Deux modèles apparaissent. Les enfants qui réalisent une haute performance s’essoufflent, rougissent, transpirent et deviennent maladroit plus tôt dans l’effort. Ils s’énervent tardivement. Les enfants à faible performance s’essoufflent, rougissent et transpirent tardivement. Ils font preuve de lassitude et de maladresse en fin d’effort et se déconcentrent plus facilement pendant l’effort. Aucune différence suivant le sexe n’a été observée. Les performances cognitives à un test d’attention et de vigilance en situation de fatigue ont également été évaluées. L’amélioration des performances des groupes expérimentaux et témoins témoigne d’un effet essentiel dû à l’apprentissage.


  • Résumé

    The number of accidents in schools shows that 75% of accidents occur during the Physical Education and Sport class. The departmental objectives stipulate that teachers must ensure the safety of the students and prevent any risk of accident. In this context, our research has been directed towards one of the potential factors of accidents lying in a too large quantity of work compared to the physical abilities of the student. Our hypothesis is that fatigue caused by physical activity is accompanied by concrete signs, observable by the teacher, and develop simultaneously with the biological, psychological and psychomotor changes in response to the maximal aerobic exercise. Eight signs were observed in carrying out 142 run tests with children. The results showed a mixed trend signs depending on the level of performance of the child. Two models are emerging. Children who achieved high performance were out of breath, blushed, perspired and became awkward earlier in the effort. They showed nervousness late. Children with low performance were out of breath, blushed and perspired late. They showed signs of lassitude and awkwardness at the end of the effort and lost focus more easily during exercise. No difference between men and women was observed. The cognitive performance on a test of attention and vigilance in a state of fatigue was also assessed. The improved performance of experimental and witness groups give evidence to the crucial effect of training.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (131 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 96-105. Résumés.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-153
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.