Les mesures de grâce dans l'histoire du droit répressif romain : réflexion sur les rapports entre la peine, la politique et la religion

par Julie Meyer

Thèse de doctorat en Histoire du droit

Sous la direction de Soazick Kerneis.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Dans l’antiquité, les Romains utilisaient différents mécanismes de remise de peine et, dès l'époque impériale et l'institution d'un pouvoir fort, concentré entre les mains de l’empereur, est apparu un véritable droit de grâce. Ce nouveau droit contribue à la légitimité du pouvoir impérial, surtout à partir du moment où la notion de grâce est récupérée par la nouvelle religion chrétienne, qui en fait un de ses fondements essentiels. L'examen de la grâce telle que l'ont envisagée les Romains, illustration manifeste de la détention du pouvoir fondamental de vie et de mort, incite donc à revenir sur les différentes influences, surtout religieuses, qui ont pu intervenir en ce domaine. C'est ce qui permet notamment de comprendre pourquoi, au fil du temps, c’est le mot même de "grâce" qui a été retenu dans le domaine pénal, alors pourtant que l'acception pénale de son ancêtre gratia était très marginale pour les Romains eux-mêmes.

  • Titre traduit

    Pardon in the history or repressive roman laws : contemplating the relationship between punishment, politics and religion


  • Résumé

    The purpose of this study is to define what was the grace as a concept for the Romans, what it implied from an antique perspective but also to find what consequential effects it still has on nowadays laws and our conceiving of the idea of power, in which it is still a key concept. Understanding the origins of grace in Roman institutions is particularly relevant, since as far back as the Republic era, the Roman lawmakers implemented many different kinds of remission. The imperial regime, concentrating all powers in the hands of a single person, had finally defined the ultimate stage of grace laws. If in the Republic times, remissions were used as political tools and thus were very common, it nevertheless evolved during the Empire and became a root of legitimacy and an attribute to the Emperor's power, up to the Christian era with which the concept of gratia is going to become key word.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (758 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 695-752. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-141
  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque universitaire Jeanne Chauvin (Malakoff, Hauts de Seine). Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Bibliothèque de recherche juridique.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MICROF/MEY
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1601-2007-29
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section Droit.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.