Le paysage chez René Char, Octavio Paz et Georges Séféris : chemins de la présence au monde

par Corinne Heilmer Saunier

Thèse de doctorat en Littératures comparées

Sous la direction de Colette Astier.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    A la croisée des chemins de l’art et de la géographie, le paysage est une notion complexe, une interface entre l’homme et le monde, entre l’artiste et ses perceptions. Le paysage, en tant que création et lieu de création, occupe une place centrale chez trois poètes du XXème siècle : René Char, auteur français de langue française, Octavio Paz, auteur mexicain de langue espagnole, et Georges Séféris, auteur grec de langue grecque. Chez, c’est-à-dire dans leur œuvre et dans leurs « pays » d’origine : le Vaucluse et la Sorgue pour Char, le Mexique et la région de Mexico pour Paz, la Grèce orientale et perdue (Skala et Smyrne, désormais turques), athénienne et morcelée pour Séféris. Le paysage est l’espace – temps où se tracent les chemins de la présence au monde. Cette présence se construit. Pour Char, Paz et Séféris, être présent au monde suppose de décider d’accomplir pleinement son destin de poète. Pour cela il faudra s’éloigner, au propre et au figuré, du paysage connu et familier de l’ancrage, pour approcher l’énigme de vivre, le mystère d’être, pour se confronter à un monde ouvert, et donc riche de découvertes et de révélations. Support d’une quête existentielle, d’un cheminement personnel qui fait côtoyer l’universel de la condition humaine et l’absolu de la création poétique, le paysage révèle intensément sa présence et le poète à lui-même, après la traversée de l’absence et des apparences. A l’issue de cette traversée, l’espoir d’une permanence, du monde et de la poésie, se dessine à l’horizon du paysage, dont la perspective est celle d’un présent du monde et d’une présence au monde auxquels Char, Paz et Séféris rendent un constant et vibrant hommage.

  • Titre traduit

    Landscape in René Char’s, Octavio Paz’s and George Séféris’s poetry : bound for the land of the living


  • Résumé

    Landscape stands somewhere between art and geography : it is a complex concept, an interface of mankind and the world, of one artist and his perceptions. Because it is a creation and the place where this creation happens too, landscape is the main subject for three poets of the XXth Century : René Char, a French author writing in French, Octavio Paz, a Mexican author writing in Spanish, and George Séféris, a Greek author writing in Greek. Landscape is in each word these poets write, and in each “world” they grew up in : the Vaucluse and the river called Sorgue for Char, Mexico for Paz, and Eastern Greece (lost and far away Greece) for Séféris. Landscape appears where and when the three poets are “bound for the land of the living”, as we could say. This way of considering life is something to build. According to Char, Paz and Séféris, being alive and “in the land of the living” means that you decide to fulfil your destiny as a poet. Therefore you must move away from very well known landscapes to approach some new ones and the mystery of life, to face and discover an open world, which keeps some revelations. Landscape is the support of an existential search, and is a representation of universality for a poet who is questioning about himself. After passing through absence and appearances, we could hope to know an everlasting world, to write everlasting poems, and to be aware of the meaning of life and being on earth, as Char, Paz and Séféris, who constantly pay a tribute to the beauty of the world.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (587 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 564-587

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-107 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.