Le crime contre l’humanité au regard des principes fondateurs de l’état moderne : naissance et consécration d’un concept

par Sévane Garibian

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Robert Roth et de Michel Troper.

Soutenue en 2007

à Paris 10 en cotutelle avec l'Université de Genève .


  • Résumé

    Le devenir du concept de crime contre l’humanité reflète les efforts des acteurs juridiques pour sortir d’une impasse, par diverses tentatives de conciliation entre concepts porteurs d’exigences a priori inconciliables : la condamnation pénale d’actes relevant d’une criminalité d’Etat indépendante d’un conflit armé international, dont l’impunité serait inacceptable du point de vue moral, se heurte en effet au respect des principes fondateurs de l’Etat moderne, dont la violation remettrait irrémédiablement en cause l’indépendance et la puissance étatique exprimée, tout particulièrement, à travers le monopole du droit de punir. Le plein épanouissement du concept de crime contre l’humanité n’est en définitive possible que par la voie du respect le plus strict des principes que sa mise en oeuvre était censée entraver. De contrainte, le respect des principes fondateurs de l’Etat moderne devient justification : le basculement que l’on voit s’opérer témoigne, au passage, d’un nouveau regard porté sur l’Etat.

  • Titre traduit

    Crime against humanity and the founding principles of the modern state : birth and consecration of a concept


  • Résumé

    The development of the concept of crime against humanity reflects the efforts of the juridical actors to exit a deadlock, by trying to conciliate concepts bearing a priori contradictory implications. The penal condemnation of acts depending of a state criminality independent of international armed conflicts, whose impunity would be unacceptable from a moral perspective, clashes with the founding principles of the modern state, whose violation would irreparably jeopardize the independence and the power of the state, particularly concerning the right to punish. The complete fulfilment of the concept of crime against humanity is only possible through the absolute respect of the principles that its use was supposed to hinder. Initially a constraint, the respect of the principles of the modern state becomes a justification. The observed switch is, by the way, evidence of a new conception of the state.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Bruylant à Bruxelles et par LGDJ à Paris et par Schulthess à Genève

Le crime contre l'humanité au regard des principes fondateurs de l'État moderne : naissance et consécration d'un concept


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (867 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 727-837. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-103
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Bruylant et par LGDJ et par Schulthess à Bruxelles

Informations

  • Sous le titre : Le crime contre l'humanité au regard des principes fondateurs de l'État moderne : naissance et consécration d'un concept
  • Dans la collection : Collection genevoise , 1661-8963
  • Détails : 1 vol. (XXI-578 p.)
  • ISBN : 978-3-7255-5960-2
  • Annexes : Bibliogr. p. 457-535. Glossaire. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.