L’espace du silence dans l'oeuvre d'Alice Munro

par Corinne Bigot

Thèse de doctorat en Langues, littératures, et civilisations des pays anglophones

Sous la direction de Jean-Jacques Lecercle.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette étude explore les ambiguïtés, contradictions et résonance des différentes formes de silence mises en scène et mises en œuvre dans l’œuvre. Elle considère l’espace social, du corps, du paysage et de la forme de la nouvelle. Est dressé, dans le cadre d’une critique sociale des échanges, le portrait de personnages réservés et d’une « communauté du silence », est mise en évidence une politique du silence ou « silenciement ». Sont soulignés les pouvoirs du silence et sa violence. La typographie qui sert à figurer paroles silencieuses et retenues donne, sur l’espace textuel, une visibilité au silence. Le corps est dépeint comme un « corps du silence », tantôt privé de la parole par la maladie, tantôt menacé d’effacement par le regard d’autrui et le discours social, tantôt un corps habité par le souvenir et le secret. Le texte compose un paysage du silence dont les surfaces, reliefs et couleurs cachent et exhibent la présence de secrets. Silences, blancs narratifs et réticence jouent un rôle important dans le récit d’histoires et la narration d’une nouvelle. Le rôle du silence est primordial dans le pouvoir qu’exerce une nouvelle : il participe du refus de la clôture.

  • Titre traduit

    ˜The œspace of silence in Alice Munro’s short stories and novel


  • Résumé

    Our purpose is to analyse the different and sometimes contradictory forms silence can take in Munro’s fiction. The study focuses on three interconnected spaces—the social space, the body, the landscape and the short story. The connections between mystery plots, silent or silenced characters, the mapping of secrets and the art of telling stories will be emphasised. Munro draws the portraits of close-mouthed communities, satirizing unacknowledged social codes, highlights the uses of silence to reveal the power and violence of silence, used to manage and to control. In Munro’s fiction silent speech and silenced words are made visible and given importance to by the use of typography. The stories portray the body as a locus of silence—whether it be a body deprived of speech through illness, the female body that is being silenced, or the body as a container of secret words and worlds. They depict a landscape whose surfaces and colours simultaneously hide and reveal silences and secrets, and which offers metatextual reading. While silence, gaps, and reticence play an important role in the telling of a story, they also play an important part in the power of a story—its resistance to closure.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (420 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 385-418. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-93
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.