De l’UNI-VERS : recherches sur la séparation onto-chrono-cosmologique : à partir d’une lecture du Poème de Parménide confronté à une spéculation sur l’origine et le devenir de l’Etre

par Christophe Schaeffer

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Catherine Chalier.

Soutenue en 2007

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le « Premier mouvement » de la thèse porte sur l’avènement historique et l’acception du mot univers, lesquels renvoient à la signification équivoque et abstraite d’une nouvelle « totalité » cosmologique, notamment par rapport au « kosmos » grec et au « monde ». A partir d’une analyse sémantique et conceptuelle des individualités lexicales comprises dans le terme (UNI et VERS), l’objectif est de se tenir à l’écoute de la singularité d’une langue et de ce qu’elle donne à penser sur le plan du sens, pour accorder concrètement et précisément une signification philosophique à cette nouvelle « totalité ». La thèse est alors la suivante : L’UNI-VERS est la traduction philosophique d’un questionnement portant sur l’ « origine » - l’UNI - et sur le « devenir » de l’Etre - VERS - en tant qu’il donne à penser une séparation onto-chrono-cosmologique primordiale. Dans le but de questionner la primordialité de cette séparation, le « Deuxième mouvement » se propose d’étudier une objection déterminante à la thèse. Cette objection sera formulée par la pensée de Parménide en ce qu’elle refuse explicitement la séparation onto-chrono-cosmologique, c’est-à-dire l’« origine » et le « devenir » pour l’Etre. Au cœur d’une discussion critique, légitimant la convocations de différentes spéculations philosophiques autour de l’œuvre de Parménide, il est établi, dans un premier temps, (niveau ontologique), que cette pensée énonce un statut conceptuel à l’Etre qui vise à refuser la séparation ontologique au sens où le Non-Etre est inconcevable (fragment II, vers 5-6). Dans un second temps (niveau onto-chronologique), il est montré que le refus du temps chez Parménide s’articule plus spécifiquement autour de la notion de « maintenant » (fragment VIII, vers 5) dont il a été déterminé différentes orientations conceptuelles au regard de la réflexion sur la séparation onto-chronologique. Dans un troisième temps (niveau onto-chrono-cosmologique), la thèse trouve son développement final en démontrant, à partir d’une confrontation avec la pensée de la Création, que les niveaux ontologique et chronologique présupposent une spéculation cosmologique fondamentale (fragment XII, vers 1-3) qui donne à penser la séparation onto-chrono-cosmologique et son refus à partir du concept de « sphéricité ». La conclusion de la thèse détermine en quoi l’acception nouvelle et philosophique de l’UNI-VERS est impropre à une conception cosmologique, qu’elle soit ancienne ou moderne, qui ne ferait pas de l’ « espace sidéral » l’objet d’une réflexion donnant sens à une condition humaine de séparation onto-chrono-cosmologique primordiale, c’est-à-dire entre « origine » (naissance) et « devenir » (mort) de l’Etre.

  • Titre traduit

    ˜l'œunivers : research on the onto-chrono-cosmological separation : from a reading of Parmenide’s Poem confronted to a speculation about the origin and future of the Being


  • Résumé

    The « First movement » of the thesis concerns the historical appearance and meaning of the word univers, which demonstrates the ambiguous and abstracted meaning of a new cosmological « totality », regarding the Greek concept of « kosmos » and « world ». Starting from a semantic and abstract analysis of the lexical individualities included in the term (UNI and VERS), the aim is to be listening to the singularity of a language and what meaning it will give in order to attribute an exact and precise philosophical meaning to this new « totality ». The thesis is then the following one : L’UNI-VERS is the philosophical translation of a question concerning the « origin » - l’UNI - and the « future » of the Being - VERS - as it makes you think of the primordial onto-chrono-cosmological separation. In order to question the original dimension of this separation, the « Second movement » is analyzing a determining objection in the thesis. This objection will be formulated by Parmenide’s thought when it refuses explicitly the onto-chrono-cosmological separation, that is the « origin » and the « future » for the Being. In the heart of a critical discussion, legitimizing summons of various philosophical speculations around Parmenide's work, it is established, first (ontological level), that this thought expresses an abstract status to the Being who tends to refuse the ontological separation in the sense where Not-Being is not conceivable (fragment II, 5-6). Second (onto-chronological level), it is shown that the refusal of time in Parmenide’s work is more specifically articulated around the notion of « now » (fragment VIII, 5) various abstract orientations of which were determined towards the reflection on the onto-chronological separation. Third (onto-chrono-cosmological level), the thesis finds its final development demonstrating, from a confrontation with the thought of the Creation, that the ontological and chronological levels supposes a cosmological fundamental speculation (fragment XII, 1-3) that makes you thing onto-chrono-cosmological separation and its refusal starting from the concept of « sphericity ». The conclusion of the thesis determines in what the new and philosophical meaning of the word l’UNI-VERS is unfit in a cosmological sense, either ancient or modern, which would not make the « sidereal space » the object of a reflection giving its sense to a human condition of primordial onto-chrono-cosmological separation, that is set between « origin » (birth) and « future » (death) of the Being.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (551 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 523-551

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 07 PA10-42
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.