Les prix des marchés de gros de l'électricité donnent-ils les bons signaux et les bonnes incitations pour l’investissement en capacité de production électrique ?

par Philippe Vassilopoulos

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Marie Chevalier.

Soutenue en 2007

à l'Université Paris-Dauphine .


  • Résumé

    Nous analysons la capacité des marchés spot à envoyer les bons signaux et à donner les bonnes incitations à investir. A l’aide d’un modèle d’optimisation, nous simulons les prix spot passés qui nous permettent de caractériser les signaux envoyés par les prix observés mais aussi les espérances de prix futurs qui déterminent les incitations à investir. Dans une première partie, à l’aide de données empiriques, nous simulons les prix de concurrence parfaite sur 2003-2005 en France avec le mix optimal et le parc actuel. Les prix observés surestiment la profitabilité en base et sous-estiment la profitabilité en pointe mais, les rentes de rareté sont plafonnées par les tarifs réglementés. Dans une deuxième partie, nous simulons les espérances des prix futurs. Quand l’entrée est libre les incitations données par les prix spot sont cohérentes avec un mix optimal qui prend en compte les interconnexions. Quand des barrières à l’entrée sont présentes pour les nouveaux entrants en base, une firme dominante n’a pas d’incitations à investir dans le nucléaire à moins que les unités soient offertes stratégiquement. De plus, la firme dominante peut limiter l’entrée pour augmenter ses revenus futurs. Quand la capacité nucléaire est divisée en cinq, les incitations à investir réapparaissent

  • Titre traduit

    Price signals and investment incentives in wholesale electricity spot markets


  • Résumé

    We look at how prices from energy-only power markets can send the right signals and give the correct incentives for investments in production capacity. Through numerical simulations of spot prices over 2003-2005 we compare the investment signal sent by observed electricity prices in France and what would be competitive prices with an optimal mix and with the installed capacity. The observed prices tend to overestimate profitability for the baseload and underestimate profitability for the peak load. However, as a large share of consumers is still paying regulated tariffs, scarcity rents are capped. We simulate future prices for France for 2010 to 2020 to understand the incentives to invest. When the entry is free, the incentives to invest given by the future prices are consistent with the optimal mix including the interconnections and nuclear build is strong. With barriers for new entrants (i. E. Finding new sites), there are no incentives for the incumbent to add more nuclear capacity unless units are bid strategically. Moreover, it can also be profitable to limit prices and entry in order to increase future revenues. When the baseload is less concentrated and instead of a dominant firm the nuclear capacity is divided into five (equal share) firms, incentives to invest reappear

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 252 p.
  • Annexes : bibliogr.80 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.