De l’enfant pêcheur et rêveur, à l’enfant devenu adulte, acteur du monde : Approche écologique et pensée de la complexité à partir d’une pratique éducative de plein-air : vers une philosophie de l’homme relié

par Philippe Nicolas

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de René Barbier.

Soutenue en 2007

à Paris 8 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la compréhension des rapports écoformateurs entre sujet et élément naturel dans la perspective d’un ré-enchantement du monde et d’une philosophie de l’homme relié. Le développement de cette compréhension s’est fondé sur le vécu tel qu’il est rapporté par des acteurs sociaux à des séjours campés de plus de trois jours en milieu hydrographique naturel dans une pratique de plein-air singulière : la pêche à la mouche. Le projet a été de saisir une nouvelle logique acquise dans cet exercice singulier, intégrant le complexus qui ré-interroge la manière dont l’homme, devenu acteur du monde habite l’espace Terre, perçu tel Terre-patrie. Les prémices ontologiques émergeant dans l’analyse des données des experts ont participé de l’élaboration d’un cadre éducatif de plein-air investissant les deux espaces bannis de la société moderne, à savoir la solitude et le silence dans la maîtrise d’une technique. L’ouverture conclusive en explorant le cheminement de « être dans son monde » vers « être dans le monde » qui est à la fois un argument, une plaidoirie pour et un appel à une écoformation émancipatrice, interpelle le devenir de nos sociétés, en postulant que l’éducation ne doit plus faire table rase du tiers oublié, l’environnement, sous peine d’hypothéquer le sens de la vie sur Terre en choisissant de ne pas répondre aux deux questions éthiques : quelle Terre pour nos enfants ? quels enfants pour la Terre ?

  • Titre traduit

    From the fishing and dreaming child to the child that became adult, actor of the world : ecological approach and complexity thinking from an outdoor education practice : towards a philosophy of the related man


  • Résumé

    The thesis is about understanding the ecoformative relations between subject and naturel element from the perspective of a re-enchantement of the world and a philosophy of the related man. The development of such an understandind is founded upon the lived experience reported by social actors at camp dwellings of more than three days in natural hydrographical surroundings for a specific outdoor practice : fly-fishing; The project was to seize a new logic acquired in this singular exercice, integrating the complexus that re-interrogates the way man, turned into actor of the world, inhabits the Earth space, perceived as Earth-homeland. The ontological two banished spaces of modern society, solitude and silence in the mastery of a technique. The conclusive opening by exploring the path from “being in one’s world” towards “being in the world” that is a once, an argument, a plea for and a call for an emancipating ecoformation, questions the becoming of our societies, by postulating that education must cease to make a clean sweep of a forgotten tierce, the environment, an thus sign away the meaning of life on Earth by choosing not to answer two ethical questions : Which Earth for our children? Which children for the earth ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (410 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 328-335. Webogr. f. 336. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3307
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.