Le répertoire musical de la confrérie religieuse "al-Karrâriyya" de Sfax (Tunisie)

par Nabil Fakhfakh

Thèse de doctorat en Esthétique, sciences et technologie des arts. Musique

Sous la direction de Jean-Paul Olive et de Mourad Siala.

Soutenue en 2007

à Paris 8 .


  • Résumé

    La confrérie religieuse (tarîqa) Karrâriyya fondée en 1645 par le shaykh Abû-l-Hassan al-KARRÂY (1617 - 1696), homme de religion connu pour ses idées favorables à la création artistique, notamment dans le domaine musical, est l'une des confréries les plus connues à Sfax, ville du littoral tunisien. Ses adeptes se réunissaient dans la zâwiya (lieu de culte) et chantaient des muwashshahât (sing. Muwashshah : forme poétique) composés par le shaykh KARRÂY lui-même. Ces muwashshahât puisent dans le langage littéraire ou dialectal et traitent de divers sujets: l'idolâtrie et la soumission à la parole divine, l'éloge du Prophète Muhammad, l'ivresse mystique etc. Il s'agit du chant selon la nûba traditionnelle tunisienne qui se présente comme une suite de pièces vocales se caractérisant par l'unité du mode (tba` ) et la diversité des mouvements ouverts et rythmés allant du plus lent au plus vif. Cette tradition musicale est une parfaite synthèse des éléments structurels de la musique traditionnelle tunisienne dite (mâlûf), et demeure une référence incontournable de l'identité musicale tunisienne. Les adeptes de cette tarîqa ont assuré la continuité de la tradition jusqu'aux années soixante-dix du siècle dernier, durant lesquelles toutes les manifestations de caractère mystique ont connu un déclin très marqué sinon un arrêt total. Ce répertoire musical, ayant été transmis uniquement par la tradition orale, de bouche à oreille, pendant presque trois siècles, n'a pas été sans subir, au fil des temps, des déformations et des transfigurations notoires, en plus d'une déperdition totale de plusieurs de ses morceaux. De là, une de nos motivations premières était d'essayer de rassembler ce répertoire précieux ou du moins ce qu'il en reste, le transcrire musicalement avec une reproduction intégrale des textes poétiques, en traduisant quelques uns en langue française, pourrions-nous ainsi apporter notre modeste contribution pour mettre en valeur le répertoire, l'analyser et le réhabiliter auprès du lecteur aussi bien arabe qu'occidental. Un tel travail s'impose à notre avis pour qu'au moins, ce répertoire qui fait partie de la mémoire collective traditionnelle ne tombe pas dans l'oubli, tant il est vrai que la musique actuelle standardisée, et commerciale diffusée par les médias menace ce patrimoine.

  • Titre traduit

    The musical repertory of the religious trend "al-Karrâriyya" of Sfax (Tunisia)


  • Résumé

    Founded in 1645 by the sheikh Abû-l-Hassan al-Karrây (1617-1696), a religious man known to be in favor of artistic creativity, the religious trend (tarîqa) Karrâriyya is one of the most known trends in Sfax, a costal Tunisian city. The followers of this trend used to meet in the zâwiya (place of cults) and sing the muwashshahât (sing. Muwashshah : a poetic form) written by sheikh Karrây himself. The muwashshahât originate from the literary language or the colloquial one and deal with different subjects: idolatry, submissiveness to divine words, praising Prophet Muhammad etc. It is a singing similar to the traditional Tunisian nûba that comes forward as a series of vocal components that are characterized by the same mode (tba`) and the diversity of open and rhythmic movements moving from the slowest to the most lively ones. This musical tradition is a perfect synthesis of the structural elements of the traditional Tunisian music called (mâlûf), and remains as an inevitable reference in the identity of the Tunisian music. The followers of this tarîqa ensured the continuity of this tradition until the 70s of last century, a period through witch all mystic manifestations knew a remarkable decline if not a total end. This musical repertory, which has been transmitted only orally in the traditional way for about three centuries, has been affected throughout years, by notorious deformations in addition to the total loss of musical pieces. Thus, one of our principle motivations was to try to collect this precious repertory or at last what remains of it, to musically transcribe it with complete reproduction of lyrics translating some of them to the French language hoping to modestly contribute in valorizing this repertory, analyzing and rehabilitating it for the reader, Arab as well as Occidental. Such a work seemed to me necessary for it should at least save this repertory that belongs to the collective traditional memory, from forgetfulness especially that the current music standardized and commercially broadcasted by the media threatens this patrimony.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (425, 123 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 388-420. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH2721
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.