L'angle de la ville : Hanoi, 1873-2006 : interactions architecturale et fabrique urbaine, formes et acteurs

par Christian Pédelahore de Loddis

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Charles Goldblum.

Soutenue en 2007

à Paris 8 .


  • Résumé

    Hanoi et l’ensemble des grandes villes vietnamiennes, ont renoué, depuis les années quatre-vingt-dix, avec un intense mouvement de croissance et de mutation de leurs dispositifs spatiaux et de leurs périmètres urbains. Ces phénomènes rendent d’autant plus stratégiques l’actualisation et l’approfondissement de savoirs spécifiques sur ces villes. La méthodologie que nous avons mis en œuvre consiste en un ensemble d’interrogations rétrospectives et d’analyses morphologiques et typologiques contextuelles portant sur les sources, les formes, les principes de transformation et les pratiques de l’espace l’urbain hanoien au cours des périodes coloniales et contemporaines (XIXe, XXe). Ce travail constitue l'approfondissement, le prolongement, la mise en cohérence et en perspective de travaux de recherche et de terrain que nous avons pu mener à bien sur ce pays et cette ville depuis une trentaine d’années. Dans le développement raisonné de ceux-ci, nous cherchons à argumenter la thèse selon laquelle l'évolution architecturale de Hanoi ne saurait être appréhendée seulement comme un processus de développement historique linéaire résultant de la mise en oeuvre univoque et récurrente de modèles exogènes, mais bien plutôt comme le résultat complexe d'intenses échanges, d'incorporations croisées et d’influences en retour, conduisant à la formulation et à la mise en œuvre de figures et de formes architecturales et urbaines contextuelles et évolutives, profondément métissées et recomposées sur le temps long. Emergent, ce faisant, l’existence effective de complémentarités et d’enchaînements historiques précis, l’association intime de figures de permanence et de continuité avec celles induites par les mutations spatiales et culturelles ainsi qu’une construction matérielle et symbolique de la ville se développant par incorporations croisées. Sont ainsi restituées dans son amplitude la réalité et la consistance de la coproduction d’un espace urbain identitaire, transitif et dialogique, complexe et singulier, qui est celui de l’urbanité hanoienne.

  • Titre traduit

    ˜The œright angle of the city : architectural interactions & urban fabrications : Hanoi 1873-2006


  • Résumé

    This thesis is the comprehensive result of thirty years of field investigations focused on observation, transcription and analysis of the colonial and contemporary urban transition in Vietnam and, more specifically, on the architectural and urban background of the city of Hanoi. We have concentrated these investigations on a area so far scarcely explored, introducing a new field of Vietnamese Studies, i. E. The analysis of “spatial cultures”, and of the “ways” local “actors”, in urban development, operate and think. In so doing, this research put the vietnamese architectural and urban phenomena into historical and cultural perspectives. In the present context of fast urban evolution we highlight the “dynamics of change” at work, and, at the same time, the existing dialectics between cultural continuity and social and economic transformations. We have chosen the method of a phenomenological approach to reality, showing an understanding of processes, actions, and thoughts of two categories of actors studied from the inside. On one hand we have “architects” and urban planners in a knowledgeable and erudite relationship to the city. On the other hand, there are inhabitants, who build and invest, and are representative of customary know-how as like intuitive, pragmatic and “practical” ways of constructing their own urban space. Analysis and synthesis show these two categories to be united in the figure of the “Passeur ”, a mediator, who links tradition and modernity, modes of local practice and exogenous knowledge. We thus have an operating link, which allows the understanding of the deployment of endogenous practices of incorporation and adaptation. This model equally permits to identify the historical and contemporary transmutations of Vietnam’s urban space. In particular, we demonstrate that, despite not subscribing to the same scales and temporal rhythms, and thus not having a common denominator, politic, social and economic transformations should be interpreted as being reflected in “Spatial” (i. E. Architectural and urban) transitions, both in their material and symbolic forms. The latter constitute an intermediate stage and an opening leading to a more precise understanding of cultural transitions that largely take place on an underground and unconscious level. In the long run, both of them are historically constitutive of local urban, architectural and social “identities”, which remain consistently deep-rooted and interconnected in the physical and cultural existence of Hanoi, a genuine vietnamese city of the present time.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (302 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 245-291

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2517
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.