La mécanique d'Euler : prolégomènes à la pensée physique des milieux continus (principes et concepts physiques, et analytisation mathématique)

par Angel Enrique Romero Chacon

Thèse de doctorat en Epistémologie, histoire des sciences et techniques

Sous la direction de Michel Paty.

Soutenue en 2007

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Euler's Mechanics : Prolegomenon to the physical treatment of continuous mediums : Concepts and physical principles and a mathematical analysis


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Leonhard Euler (1707-1783) est considéré comme l'un des grands continuateurs sur le Continent du programme newtonien de la mécanique, en ce sens qu'on lui attribue la systématisation des fondements et des principaux concepts de cette science tels que Newton les aurait posés. L'analyse historique et épistémologique de l'œuvre d'Euler en mécanique que nous proposons dans le présent travail fait voir, au contraire, que la conception eulérienne de la mécanique ne peut pas être vue comme une simple suite de la tradition newtonienne, mais qu'elle constitue une réorganisation conceptuelle alternative des résultats obtenus par Newton, étroitement liée aux traditions cartésienne et leibnizienne. Notre étude s'attache à suivre les recherches d'Euler sur la mécanique, dans sa structure et son développement internes, depuis ses premiers travaux de 1736 jusqu'à ceux de la maturité des années 1750. Il est possible ainsi de mieux comprendre l'évolution historique de sa pensée et de situer son œuvre de manière plus précise par rapport aux œuvres contemporaines, notamment celle de d'Alembert. Trois dimensions fondamentales de la contribution d'Euler à la science de la mécanique apparaissent ainsi en évidence : la nature et le rôle des présupposés épistémologiques qui fondent sa vision du monde et leurs effets sur son travail scientifique ; la création et la formulation de concepts physiques propres à l'analyse des fluides et des milieux continus (tels que ceux & effort et de pression interne); et la mise en œuvre, à travers l'utilisation de l'analyse, de sa conception des relations entre la physique et les mathématiques. Au terme de ce travail, une idée majeure se dégage : tant la conception qu'Euler se fait de l'espace et des corps (sous-tendue par sa vision du monde) que les modèles mathématiques dont il se sert se sont trouvés particulièrement adaptés à l'approche et à l'analyse des milieux continus tels que la physique les a développés par la suite.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (178 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 133 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2007) 088
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.