Visages et corps d'hier : vieillissement et pathologies depuis le XV siècle à travers l'autoportrait

par Philippe Abastado

Thèse de doctorat en Épistémologie

Sous la direction de Armelle Debru.

Soutenue en 2007

à Paris 7 .


  • Résumé

    Notre étude s'intéresse au visage de l'humain vivant depuis le 15e siècle. L'autoportrait est notre outil d'exploration. Le vieillissement comme la maladie permettent de nous assurer que le peintre reproduit une réalité humaine et non répond à un stéréotype. Cette approche par l'autoportrait permet une homogénéité des sources et un continuum du matériel. Mais la méthode suppose l'analyse des distorsions liées à la méthode, à la conservation des œuvres. Nos analyses sont quantitatives et qualitatives. Elles font apparaître avec quelques réserves, que du XVe à l'aube du XXe siècle, la vitesse du vieillissement semble homogène. Le XVIIIe siècle se marque par un jeunisme dans la tranche d'âge 40-50 ans. Accessoirement il apparaît un allongement de la durée de vie au XVIIIe siècle et des durées de vie plus longues chez les sculpteurs que chez les peintres. L'examen de notre série d'autoportraits révèle des détails qui prennent une valeur de symptômes par leur analyse critique et par leur confrontation à l'ensemble de l'œuvre de l'artiste. Cette étude clinique permet d'affirmer que le portrait est la représentation d'un visage et non l'élément désincarné illustration d'un idéal, d'une histoire ou d'une série statistique. Cette démarche trouve ses limites, ainsi la fréquence d'un diagnostic pathologique dans l'autoportrait est faible par rapport à son incidence dans le portrait. D'autres outils d'individualisation telle les références sociales et même la laideur peuvent être utilisés. Au terme de l'inspection, la toile devient explicite, elle livre l'invisible,'parle de l'humain et exprime le Moi de l'artiste.

  • Titre traduit

    Faces and Bodies of yesterday Ageing and pathology through self portraits since the15th century


  • Résumé

    Our study cares about the face of human alive being since the 15th century. Self portraits will be our tools for exploration. Both ageing and disease allow us to ensure that the painter reproduces a human reality more than following stereotypes. This approach by the self-portrait allows homogeneity of the sources and a continuum of the material. But this method supposes the analysis of distortions due to the method itself or due to the conservation of the works, basis of this study. Our analyzes are both quantitative and qualitative. It reveals, with some reserves, that since the XVth to the dawn of the XXth, the speed of ageing seems homogeneous. The XVIIIth century is marked by a cult of youth in the age bracket 40-50 years. Moreover it appears a lengthening of the lifespan at the XVIIIth century and longer lifespan for the sculptors than for the painters. Details of self-portraits take a value of symptoms with their critical analysis and by their confrontation with the complete works of the artist This clinical study makes possible to affirm that the portrait is the representation of a face and not the illustration of an ideal, of a history or a statistical series. This method finds its limits. For example, the frequency of a pathological diagnosis in the self-portrait is low compared to its incidence in the portrait itself. Other tools of individualization such as social references and even ugliness can be used. At the end of the inspection, the fabric becomes more explicit; it delivers the invisible, speaks about human and expresses the artist's inner self.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 409 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2007) 084

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11278
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.