Structure de la proposition et construction verbale : régime, complément et transitivité dans les grammaires françaises, 1651-1863

par Bérengère Bouard

Thèse de doctorat en Linguistique théorique, descriptive et automatique

Sous la direction de Sylvain Auroux.

Soutenue en 2007

à Paris 7 .


  • Résumé

    La Grammaire Générale et Raisonnée de Port-Royal (1660) adopte une représentation logique de la proposition : sujet-est-attribut. Le verbe être, à la troisième personne et à l'indicatif, est appelé verbe substantif, il préexiste à tous les autres verbes, appelés adjectifs, ainsi Pierre vit est équivalent à Pierre est vivant. Ce modèle prépositionnel engendre deux contraintes considérables dans la description des constructions verbales. Premièrement, la définition du verbe substantif évacue toute théorie de la transitivité. Deuxièmement, la réécriture logique de tout verbe en est suivi du participe présent, bloque la reconnaissance d'un syntagme nominal dépendant du verbe. Les grammairiens du français, tiraillés entre l'acceptation de cette structure comme implication du programme de la grammaire générale et le constat de son inadéquation, vont adapter ce modèle. Il fait alors l'objet de différents remaniements, du point de vue de la définition du verbe et des constituants de la proposition. Ce sont précisément ces aménagements qui vont permettre l'émergence de la catégorie fonctionnelle de « complément » ainsi que celle de « verbe transitif». Pour ce qui est du complément, la notion va s'élaborer en interférence avec celle, ancienne, de « régime », à l'aide du concept de « détermination » provenant de la logique. Pour ce qui est du verbe, les critères mêlés du classement latin en cinq « genres » : actif, passif, neutre, commun, déponent, vont être séparés jusqu'à l'émergence des classes modernes de verbe transitif direct et indirect versus verbe intransitif au milieu du 19ème siècle.


  • Résumé

    The Port-Royal Grammaire Générale et raisonnée (1660) adopted a logical model of the proposition : « sujet » (subject)- est (is)- « attribut ». The verbe « to be » in the third person and in the indicative form is called "verbe substantif (substantive verb), it existed before all other verbs, called "adjectival" thus, Pierre vit (lives) is the same as Pierre est vivant (is lciving). This propositional structure generated two significant constraints in the description of verbal constructions. Firstly, the definition of the "substantive verb" eradicated any theory of transitivity. Secondly, the re-writing of any verb with "est" followed by a present participle, prevented the acknowledgment of a noun phrase dependent on the verb. Grammarians of the French language, torn between the acceptance of this structure as implicated in the programme of general grammar and the report of its inadequacy, adapted this model. It was therefore subjected to various amendments with regard to the definition of the verb and the elements of the proposition. It is precisely these adjustments which allowed the emergence of the functional category of"complement" as well as that of "transitive verb". As for the "complement" the notion will bedeveloped in conjunction with the former "regime", with help from the concept of "determination" originating in logic. As for the verb, the mixed criteria of the Latin classification into five types : active, passive, neuter, common, deponent, will be progressively separated until the emergence of modem categories of transitive direct and indirect verbs versus the intransitive verb in the middle of the 19th century.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (733 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 354 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2007) 058

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10246
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.