De l'exil au retour : Héritages familiaux et recompositions identitaires d'enfants de retornados chiliens

par Fanny Jedlicki

Thèse de doctorat en Migrations et relations interethniques

Sous la direction de Maryse Tripier.

Soutenue en 2007

à Paris 7 .


  • Résumé

    Les constructions identitaires des enfants de retornados chiliens sont déterminées par leur histoire familiale. Fondée par la politique, la violence et le trauma consécutif à la répression, la mémoire transmise au sein des familles réfugiées et du groupe communautaire s'articule aux expériences d'exil, vécues dans divers univers socioculturels. Les interactions avec les membres des sociétés d'accueil participent aussi des socialisations enfantines et des identifications, évolutives. Victimes de la répression politique, les parents sont psychiquement pris en charge par leurs enfants, qui tendent à s'identifier à eux et à leurs projets. Le mythe du retour, corollaire de l'exil, en fait partie : pourtant seuls 30% des réfugiés chiliens retournent au Chili, pendant et après la dictature militaire. Ceux qui ont souvent incarnés la figure du réfugié politique idéal durant l'exil, sont stigmatisés et rejetés par une société qui a changé. Ils y vivent une nouvelle migration, encore plus complexe pour leurs enfants qui ne sont, pour la plupart, pas nés au Chili. Leurs souffrances ne sont pas reconnues dans l'histoire nationale chilienne, amnésique face au passé récent. Ils connaissent pourtant, au fil du temps, un processus d'insertion variant selon leurs positions socio-économiques et les contextes de retour. Les enfants de retornados réarticulent entre continuité familiale et autonomisation, leurs sentiments d'appartenance, leurs choix territoriaux, leurs valeurs et pratiques politiques. Leurs narrations identitaires sont révélatrices de ces recompositions mémorielles, structurées par un héritage pesant et marquées par les transformations globales du monde contemporain.


  • Résumé

    The constructions of their own identities by the children of the Chilean retornados are determined by their family history. Based on politics, violence and the trauma consecutive to repression, the memory transmitted within the exiled families and the community group is linked with the experiences of exile lived in diverse socio-cultural environments. Interactions with the members of the welcoming societies also play a role in the children's progressive socialization and identifications. These children are in close relation with their parents' psyches, as a result of the latter being victims of political repression, and thus tend to identify with them and their projects. The myth of a return to the native country, a corollary of exile, participates in this relation: yet, only 30% of the Chilean refugees returned to Chile, during the military dictatorship as well as afterwards. Those who had often incarnated the image of the ideal political refugee while in exile now find themselves stigmatized and rejected by a society which has changed (during their absence). They are again confronted with a new form of migration, which their children, most of them not born in Chili, find even more complex. Their sufferings are not acknowledged in Chile's national history, rather amnesic about the recent past. However, as time passes, they gradually fit in with their new environment, adapting well or not so well depending on their socio-economic background and the contexts of their return. The retornados' children restructure their feelings of belonging, their geographic choices, their values and their political practices between their family legacy and their growing autonomy. The ways they narrate their identities are revealing of these memory recompositions, structured by a heavy legacy and marked by the global transformation of the contemporary world.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (619 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 480 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut des hautes études de l'Amérique latine. Bibliothèque Pierre-Monbeig.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2007) 041

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10179
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.