Emulsions inverses cristallisables pour l'évolution dirigée

par Julien Sylvestre

Thèse de doctorat en Chimie - Physique et chimie analytique

Sous la direction de Jérôme Bibette.

Soutenue en 2007

à Paris 6 .


  • Résumé

    Abrégé Le domaine de l’évolution dirigée regroupe des approches technologiques s’inspirant, en laboratoire et à l’échelle moléculaire, de l’évolution Darwinienne. Grâce à des algorithmes moléculaires stochastiques, on peut ainsi améliorer des protéines existantes ou même créer de nouvelles protéines. Dans une première partie, les différentes façons de générer de la diversité génétique sont introduites, ainsi que notre contribution au développement d’une technologie de mutagenèse dirigée très haut débit (MM). En particulier, deux variants deMMsont présentés :MMC, une méthode utilisant de très larges banques d’oligonucléotides synthétisés en parallèle sur des puces à ADN et MMS, une méthode de recombinaison in vitro circulaire simple et efficace. Dans une deuxième partie, après avoir rappellé les différentes modalités de tri des protéines améliorées, on présente notre contribution au domaine naissant et prometteur du criblage haut-débit en émulsion d’activité catalytique. On décrit les premières étapes de la validation d’une méthode de criblage bidimensionnel d’une émulsion inverse cristallisable. Appliquée à l’évolution moléculaire, cette nouvelle technologie pourrait permettre d’augmenter de plusieurs ordres de grandeur le débit des meilleures techniques actuelles par cytométrie de flux. Sont également évoquées, dans une troisième partie, d’autres applications de cette technique de criblage à plat d’émulsions cristallisées dans le domaine du diagnostic et pour l’analyse du cycle cellulaire

  • Titre traduit

    Crystallizable inverse emulsions for directed evolution


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (150 f.)
  • Notes : Thèse confidentielle jusqu'en 2012
  • Annexes : Bibliogr. p. 143-150. 64 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?