Etude du stress psychosocial, physique et nociceptif dans les schizophrénies à début précoce et l'autisme

par Olivier Bonnot

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Sylvie Tordjman.

Soutenue en 2007

à Paris 6 .


  • Résumé

    Clinical and experimental studies suggest that autistic and schizophrenic patients are insensitive to pain. Stress plays a key role in onset or relapse of symptoms of autism or schizophrenia, but mechanisms are unclear. We studied reactivity to psychosocial, physical and nociceptif stress in patients with autism and early onset schizophrenia (EOS) by assessing behavioural, electrophysiological and neurovegetative responses. Objectives: (1) To study the circadian rhythm of salivary cortisol reflecting hypothalamo-pitiutary axis (HTA) (2) To show a higher response of HTA axis during psychosocial stress procedure and not during a physical stress procedure (cortisol study) (3) Obtain, by RIII reflex assessment, an objective measure of pain perception in autism and EOS, this study should show normal RIII threshold. (4) Showing higher nociceptif inducted vegetative nervous system (VNS) responses in patients with autism and EOS in the same time as lower verbal or emotional reactivity. (5) Showing dissociation between behavioural responses and RIII responses Methodology: Population: Patients with EOS (n=16), Autism (n=20) and healthy subject (n=22) were compared. Diagnostic was assessed according to DSM IV criteria. Clinical assessments: BPRS, SANS, SAPS, TAS, Coping, STAI, C-GAS, CGI, MADRS, ADI-R and Wechsler scales for EOS patients and ADOS-G and Wechsler scales for Autistic patients. Protocol: Patients with EOS were included for psychosocial stress procedure (P, camera speaking task) and physical stress procedure (B, apartment bicycle riding). P and B procedure were scheduled twice (between 7am and 9am and between 4pm and 6pm) in one day (afternoon session following morning session) or in two days (morning session following afternoon session). During session assessment of cardiac frequency and salivary cortisol sample were collected. Autistic patients and EOS patients (n=10) were included in nociceptif procedure (consisting in progressive electric stimulation in order to raise RIII reflex threshold, capsaicin test to release substance P and EMG for sensitive and motor speed conduction assessment). During this procedure, cardiac and respiratory frequency, psychogalvanic reflex and behavioural reactivity (assessed with PL-BPRS) were measured. Results: EOS patient's cortisol basal profile and circadian rhythm were significatively higher in the morning when compared to healthy subjects. EOS patients starting psychosocial stress procedure in the morning session show an elevated cortisol response in the morning and a lower cortisol response in the afternoon. This difference was not found for healthy subject. All patients (Autism and EOS) had RIII threshold showing no difference when compared to healthy subjects. A sub-group of autistic patients with severe self-injury behaviour show low RIII threshold. We found dissociation between low behavioural reactivity and VNS responses for all patients. This dissociation is particularly notable for cardiac frequency in EOS patients and for respiratory frequency for autistic patients. Discussion: Biological response to stress is more elevated if stress occurs in the morning, linked to psychosocial dimension and novelty. HTA axis may be more solicited in the morning leading to an elevated release of cortisol. Our results suggest that apparent pain insensibility to pain in autism and EOS is more related to cognitive impairments than real endogen analgesia. Preferred responses are from VNS, algic stress couldn't be expressed by verbal or non-verbal behaviour. Psychosocial and nociceptive stress procedure shows in patients (EOS and Autism) higher responses of VNS and HTA axis, particularly in the morning. These results suggest a common dimension between EOS and Autism, particularly about novelty and immuability. These results need further research and are opening therapeutic options

  • Titre traduit

    Nociceptive, psychosocial and physical stress in early onset schizophrenia and autism


  • Résumé

    Des observations cliniques et travaux de recherche suggèrent des réponses au stress perturbées dans l’autisme et les schizophrénies à début précoce (SDP). Nous avons étudié la réactivité au stress physique, psychosocial et nociceptif dans ces deux pathologies en évaluant les réponses comportementales, électrophysiologiques et neurovégétatives. Objectif général : Mettre en évidence chez les patients autistes et SDP des réponses anormalement élevées au stress, en particulier dans les situations de stress psychosocial ou nociceptif. Objectifs spécifiques (1) Etudier le rythme circadien du cortisol salivaire qui reflète la fonctionnement de l'axe hypothalamo-hypophysiaire (HPA) dans les SDP. (2) Mettre en évidence une réponse au stress anormalement élevée de l'axe HPA (étude du cortisol) à la situation de stress psychosocial mais pas à la situation de stress physique chez les patients SDP. (3) Obtenir, grâce à l'étude du réflexe RIII, une mesure objective de la perception de la douleur chez les patients autistes et SDP (4) Mettre en évidence des réponses du système nerveux SNV, à la suite d'un stimulus nociceptif, anormalement augmentées aussi bien chez les patients autistes que SDP, alors que l'expression verbale et émotionnelle serait diminuée. (5) De même, objectiver une dissociation entre les réponses comportementales extériorisées à la douleur et la réponse neurophysiologique réflexe infraclinique (RIII) chez les patients autistes et SDP. Méthodologie Population : Groupes de patients SDP (n=16), autistes (n=20) et témoins (n=22) diagnostiqués selon les critères du DSM IV-R. Les caractéristiques phénotypiques ont été précisées avec les instruments d'évaluation suivants : BPRS, SANS, SAPS, TAS, Coping, STAI, C-GAS, CGI, MADRS pour les patients SDP, et ADOS-G, ADI-R et échelles de Weschler pour les patients autistes. Protocole : Les patients SDP ont participé à des épreuves de stress psychosocial (discours devant un jury) et à des épreuves de stress physique (vélo). Ces épreuves ont eu lieu à deux reprises, soit sur une journée (matin puis après midi), soit sur deux jours (après midi puis matin). Durant les épreuves nous avons mesuré la fréquence cardiaque et le taux de cortisol salivaire. Le stress nociceptif a été étudié par la mesure du réflexe RIII chez les patients autistes (n=20) et SDP (n=10) comparés aux témoin (n=22) Durant l’étude du RIII, ont été mesurés les réponses neurovégétatives (rythme cardiaque, fréquence respiratoire et réflexe psychogalvanique) et la réactivité comportementale à la douleur (PL-BPRS). Cette étude neurophysiologique a été complétée par un test à la capsaïcine (sensibilité thermoalgique) et un électromyogramme. Résultats Le rythme circadien et le profil de sécrétion du cortisol (ligne de base) des patients SDP sont significativement différents de ceux des témoins (taux significativement plus élevés le matin). L'étude du stress physique et psychosocial met en évidence chez les patients SDP des réponses anormalement augmentées du cortisol lorsqu'il s'agit d'une situation nouvelle, se déroulant le matin et relevant d'un stress psychosocial, alors que les réponses l'après midi sont normales ou diminuées Concernant l'étude du stress nociceptif, tous les patients autistes et SDP ont des seuils de réflexe RIII qui ne diffèrent pas significativement de ceux des témoins. Cependant, certains patients autistes avec des automutilations sévères présentent un seuil de réflexe anormalement bas. Enfin, Il existe une dissociation entre une réduction des réponses comportementales à la douleur (expression émotionnelle) observables et les réponses augmentées du système nerveux végétatif chez les patients autistes et SDP. Cette dissociation est plus marquée pour la fréquence respiratoire chez les patients autistes et pour le rythme cardiaque chez les patients SDP. Discussion Nos résultats suggèrent que l'apparente insensibilité à la douleur chez les patients autistes et SDP n'est pas en rapport avec une analgésie endogène, mais relèverait de leurs troubles cognitifs (troubles de la communication sociale et de l'image du corps). . Le mode de réponse préférentiel à la douleur serait neurovégétatif, le stress algique ne pouvant s'extérioriser au moyen de la communication verbale et non-verbale. Par ailleurs, l'axe HPA serait sur-sollicité le matin chez les patients SDP, entraînant une décharge excessive du cortisol, ce qui expliquerait les réponses anormalement basses au test psychosocial l'après midi. Les études du stress psychosocial et nociceptif mettent en évidence chez les patients autistes et SDP des réponses anormalement élevées du système nerveux végétatif et de l'axe hypothalamo-hypophysaire, notamment le matin. Ces résultats suggèrent l'existence de dimensions communes à l'autiste et la SDP, notamment concernant des réponses au stress anormalement augmentées, et la réactivité à la nouveauté avec un besoin d'immuabilité passant par une recherche d'avariant. Ceci ouvre sur des perspectives thérapeutiques et des recherches ultérieures de façon à mieux comprendre les mécanismes sous-tendant ces résultats

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 20XX par [CCSD] à Villeurbanne

Etude du stress psychosocial, physique et nociceptif dans les schizophrénies à début précoce et l'autisme

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (223 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 210-223. 245 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2007 572
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 9458

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2007PA066572
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.