Le caractère spatiotemporel de la perception visuelle : une étude avec des brefs stimuli autour des saccades

par Paul Reeve

Thèse de doctorat en Sciences cognitives

Sous la direction de John Kevin O'Regan.

Soutenue en 2007

à Paris 6 .


  • Résumé

    Nous avons effectué une série d'expériences psychophysiques sur des brefs stimuli flashés autour des saccades oculaires, toutes portant sur l'hypothèse d'une « compression » de l'espace perçu près du début des saccades. Les trois premières ont porté sur le rapport entre le comptage d'ensembles de barres flashées près des saccades et les jugements de leur étendue spatiale : celle des ensembles de barres, celle des barres individuelles, et celle de l'espace entre barres adjacentes. Une autre a porté plus directement sur le rapport entre la séparation physique des barres et leur separation jugée, ainsi que la probabilité de sous-comptage de barres. Finalement deux expériences ont traité à la fois des jugements de la position dans l'espace de barres et de leur séparation. Aucune de ces expériences n'a produit de résultats en conformité avec l'hypothèse d’une compression générale de l’espace perçus près des saccades. Nous proposons que tous les phénomènes perceptifs qui lui ont été attribués ne s'expliqueront qu'en prenant en compte l'échelle temporelle des décision perceptives, qui pour les flashes juste avant les saccades s'étend jusqu'à la période après la saccade. L’influence exercée par les évènements durant cette fenêtre pourrait opérer au niveau des signaux sensoriels mêmes, ainsi qu’à celui de leur intégration pour les décisions perceptives, notamment à travers des effets sur l’incertitude ou sur l’application d’espérances a priori.

  • Titre traduit

    ˜The œspatiotemporal character of visual perception : a study using perisaccadic flashes


  • Résumé

    We performed a series of psychophysical experiments on stimuli briefly flashed near the time of saccadic eye movements. All bore on the hypothesis of a “compression” of perceived visual space near the beginning of saccades. The first three dealt with the relation between the counting of groups of bars flashed around saccades and judgements of their spatial extent: that of the groups as a whole, that of the individual bars, and that of the space between adjacent bars. Another bore more directly on the relation between the physical and judged separations of pairs of bars flashed near saccades, as well as the probability that they would go undercounted. Finally, two experiments dealt at once with judgements of the locations of bars in space and of the separation between them. None of these experiments yielded results in conformity with the predictions of the hypothesis of a general compression of perceived space near saccades. We suggest that all the perceptual phenomena which have been ascribed to it can only be understood by taking into account the temporal scale over which perceptual decisions are formed, which for flashes just before saccades extends until after the saccade. The influence exercised by events over this temporal window may operate at the level of sensory signals themselves, or at that of their integration in the formation of perceptual decisions, notably through effects on uncertainty or on the application of prior expectations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (156 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 145-156. 245 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2007 498
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.