Le rire, indicateur social : l'attitude humoristique comme passage obligé de la modernité vers la postmodernité

par Jawad Mejjad

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michel Maffesoli.

Soutenue en 2007

à Paris 5 .

Le président du jury était Bernard Valade.

Le jury était composé de Michel Maffesoli, Bernard Valade, Martine Xiberras, Patrick Tacussel, Denis Kessler.


  • Résumé

    La crise des valeurs de la modernité est paradoxalement accompagnée d’une carnavalisation généralisée de la société. De tous côtés jaillissent d’incontrôlables éclats de rire, et l’attitude humoristique est devenue le mode de communication imposé à l’ensemble du monde social, et plus particulièrement dans les entreprises. Une évolution de la conception du rire est notable dans le milieu du travail, où d’interdit dans les sociétés industrielles, le rire est toléré puis encouragé dans les sociétés de service, pour devenir obligatoire dans les start-up. Cette évolution ne fait que traduire la place du rire dans la société dans sa globalité, et peut à ce titre nous servir d’indicateur social. En effet, nous retrouvons cet état de fait dans plusieurs périodes sociales pour marquer une inflexion dans les valeurs qui régissent une société à un moment donné, pour dire un changement social majeur, et pour ce qui nous concerne un passage de la modernité à la postmodernité. Le rire permet cette analyse par des caractères qui lui sont propres, notamment le désir du neutre et le retour aux sources. Eclater de rire revient à fragmenter les données de base, pour pouvoir les reconstituer autrement, et repartir sur de nouvelles bases. Le rire a ainsi cette caractéristique fondamentale de détruire et construire dans le même mouvement, d’être une violence fécondante, autrement dit mourir de rire équivaut à une renaissance.

  • Titre traduit

    Laughter, a social indication


  • Résumé

    There is a paradox : modernity values are in crisis and, simultaneously me social carnavalisation is generalized. Everywhere, there is an uncontrolled laughter, and humoristic attitude is becoming me imposed mode of communication for me entire social world, and more particularly in firms. An evolution of me concept of laughter is noticeable in the working world ; Iaughter is forbidden in industrial companies, tolerated and encouraged in service companies, and obligatory in the start-up companies. This evolution is a translation of the position of laughter in society as a whole, and can be used as a social indication. Indeed, we find this evolution in several social periods showing an inflection in values which govem a society at a given time, and through that it inform US of a major social transformation, and for us here about me transition between modemity and postmodernity. Laughter allows this analysis through its specific characters, especially the neutral desire and a retum to sources. To burst out Iaughing means to shatter me basics, so that we reconstruct them differently and start again on new basis. Thus, laughter has this fundamental charactenstic to destroy and to build in the same movement, to be a fertilizing violence, in other words to laugh to death is equivalent to a rebirth.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (364 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 301-307. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10394
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.