L'Église d'All Saints' de Margaret street à Londres et sa partipation au mouvement tractarien entre 1833 et 1886 (contribution à l’étude du contexte politique et religieux des XVIIIe et XIXe siècles) [sic]

par Peter Home

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Alain Jumeau.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les "méthodistes d'Oxford" qui se sont constitués autour de Charles et John Wesley vers 1730 préfiguraient dans leur affirmation du caractère catholique de l'Église d’Angleterre le mouvement d’Oxford (ou tractarien) des années 1830. John Wesley, comme les tractariens, soulignait le rôle central de la succession apostolique et rejetait catégoriquement le calvinisme. En 1754 une chapelle fut ouverte à Margaret Street, Londres, par un Nonconformist qui s’opposait vigoureusement à Wesley sur ces points. Ensuite, la chapelle accueillit de nombreuses assemblées dissidentes. A l'instigation de Franklin, il y eut même un groupe déiste qui s’y réunit sous David Williams, plus tard un collaborateur des Girondins à Paris. Anglicane à partir de 1789, la chapelle illustrait la simonie de l’époque, avant de devenir vers 1830-35 un foyer indépendant d’idées tractariennes. Dès janvier 1836, elle fut reconnue par Newman, Pusey et Keble comme le haut lieu du mouvement à Londres, et ceux-ci veillèrent à ce que les prêtres suivants soient des tractariens irréprochables. (Pourtant plusieurs vicaires, et un curé, firent sécession pour Rome). Margaret Street a été la première des paroisses tractariennes à rétablir l’Eucharistie hebdomadaire ; elle a été parmi les toutes premières à adopter les pratiques ritualistes, à fonder une communauté de religieuses et à proposer l'Eucharistie quotidienne. Elle a délibérément donné l'exemple en instaurant des offices avec une chorale, et surtout, en construisant 1850-59) All Saints', l'église modèle pour le mouvement ecclésiologique et l'inspiration de l’architecture High Victorian.

  • Titre traduit

    The Church of All Saints', Margaret Street, London, and her part in the Movement of Oxford between 1833 and 1886 : (Contribution to the understanding of the political and religious context of the eighteenth and nineteenth centuries)


  • Résumé

    The "Oxford Methodists" who gathered around Charles and John Wesley towards 1730 foreshadowed the Oxford (or Tractarian) Movement of the 1830s, in their affirmation of the Catholic character of the Church of England. John Wesley (like the Tractarians), underlined the central rôle of the Apostolic Succession and categorically rejected Calvinism. In 1754, a chapel was opened in Margaret Street, London, by a Nonconformist preacher who vigorously opposed Wesley on these points. Subsequently many Dissenting groups worshipped there. At the instigation of Franklin, even a congregation of Deists under David Williams, later a collaborator of the Girondins in Paris, attended the chapel. Anglican from 1789, the chapel was an example of the simony then current, before becoming about 1830-35 an independent wellspring of Tractarian ideas. From January, 1836, it was recognised by Newman, Pusey, and Keble as the headquarters of the Movement in London, and they saw to it that subsequent clergy there should always be sound Tractarians. (Several curates, and one incumbent, did, however, go over to Rome. ) Margaret Street was among the very first Tractarian parishes to start adopting "ritualist" practices (1839), to found a Sisterhood of nuns (1851), to restore a daily Eucharist (1850). She had been the first to re-establish a weekly Eucharist (1831). Moreover she deliberately set an example in implementing choral services (1839), and above all, in constructing (1850-59) All Saints', the model church of the Ecclesiologists, and the inspiration of High Victorian architecture in general.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (pagination multiple [786 f.])
  • Annexes : 369 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : BUT 6811/1-2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10436
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.