Musique et néo-positivisme : trajectoires de la création musicale d'Arnold Schoenberg à Pierre Barbaud

par Nicolas Viel

Thèse de doctorat en Musique et musicologie du 20è siècle

Sous la direction de Marc Battier.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    L’influence du néo-positivisme chez les compositeurs occidentaux du 20e siècle répond à la problématique de la continuité conceptuelle du modernisme musical. Né de l’esprit viennois, le néo-positivisme a influencé les deux inventeurs de la « musique de douze sons », Arnold Schoenberg et Joseph-Matthias Hauer. Le concept de « système de composition », pris à la lettre par les modernistes américains comme Charles Seeger et Henry Cowell, leur a permis de rompre avec la tradition musicale et esthétique européenne. Il a alors donné naissance à différents « systèmes » axiomatiques influencés par le néo-positivisme viennois, comme chez Joseph Schillinger ou dans les premières œuvres de John Cage. Le néo-positivisme, revenu en Europe par la cybernétique, la sociologie et la linguistique américaines, se retrouve, en musique dans le sérialisme de Pierre Boulez, le physicalisme de Iannis Xenakis, le positivisme instrumental de Luciano Berio, et la musique algorithmique de Pierre Barbaud.

  • Titre traduit

    Music and Neo-Positivism : the Courses of the Music Creation from Arnold Schoenberg to Pierre Barbaud


  • Résumé

    The influence of neo-positivism on 20th century western music composers answers the issue of conceptual continuity in music modernism. Born of the Viennese spirit, neo-positivism influenced the two inventors of «twelve-tone music », Arnold Schoenberg and Joseph-Matthias Hauer. The concept of « compositional system »which was taken literally by American modernists such as Charles Seeger and Henry Cowell, as allowed them to break with musical and aesthetic tradition in Europe. It then gave birth to different axiomatic « systems »influenced by Viennese neo-positivism, such as Joseph Schillinger’s composition system or such as what can be heard in John Cage’s first pieces. Neo-positivism returned to Europe via American cybernetics, sociology and linguistics to be vested again, in music, in Pierre Boulez’s serialism, in Iannis Xenakis physicalism, in Luciano Berio’s « instrumental positivism » and in Pierre Barbaud’s algorithmic music.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (556 f.)
  • Annexes : 345 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6803

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10590
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.