Pays, pages, paysages : écriture du lieu : la Nouvelle-Angleterre de Sarah Orne Jewet, Mary E. Wilkins Freemen, Alice Brown et Rose Terry Cooke

par Cécile Roudeau

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Pierre-Yves Pétillon.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Cette thèse se propose d’étudier comment, des années 1870 au tournant du XXe siècle, les récits des écrivains-femmes de Nouvelle-Angleterre, ceux de Sarah Orne Jewett notamment, vont choisir de récrire le lieu Nouvelle-Angleterre – territoire et locus littéraire –, à l’heure où, de centre symbolique de la nation, la Nouvelle-Angleterre devient région, non plus site d’une certaine généralité américaine, mais couleur locale. En optant pour un genre et un objet désormais considérés comme mineurs, ces écrivains-femmes vont faire de la place que leur désignent la nation et les lettres un « lieu » c’est-àdire un espace de création toujours continuée ; elles vont tirer parti de la malléabilité de la marge pour retailler à leur façon les tropes d’un imaginaire. En recentrant la lecture de ces textes sur le lieu Nouvelle-Angleterre, cette thèse ne veut pas tant réenraciner une écriture que redonner corps, histoire et mémoire, à un régionalisme que la critique s’est obstinée à dé-territorialiser.

  • Titre traduit

    Writing New-England : Re-Envisioning Place in the Works of Sarah Orne Jewett and her Contemporaries


  • Résumé

    The thesis argues that New England women writers, and Sarah Orne Jewett principally among them, rewrote New England as a literary locus and territorial muse. Their rewriting is placed within the larger context of New England’s transition from a normative and synecdochic center of the nation to a region among others. By choosing a genre and a literary object which had been classified as minor, these women-writers transformed the place to which they had been assigned in the world of letters into a site of creation (lieu)–that is a site of continuous invention. They used the malleability of the margins to reshape the tropes of the New England imaginary in their own words. In lieu of a New England which has been interpreted alternatively as either a site of local color or, more recently, a deterritorialized region, the thesis reterritorializes the life and shape, history and memory of this locus which both framed the work of women writers at the turn of the twentieth century and was reinvented by them.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication

La Nouvelle-Angleterre : politique d'une écriture : récits, genre, lieu


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (637 f.)
  • Annexes : 538 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6781/1-2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10407
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication

Informations

  • Sous le titre : La Nouvelle-Angleterre : politique d'une écriture : récits, genre, lieu
  • Dans la collection : Mondes anglophones
  • Détails : 1 vol. (464 p.)
  • ISBN : 978-2-84050-842-7
  • Annexes : Bibliogr. p. [415]-456. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.