Vincenzo Cardarelli (1887-1959) : du mythe de la prose d’art au mythe autobiographique

par Caroline Zekri

Thèse de doctorat en Littérature et culture italienne

Sous la direction de François Livi.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Poète, prosateur, fondateur de la revue La Ronda (1919-1923), Vincenzo Cardarelli (1887-1959) demeure essentiellement associé à l’aventure de restauration classiciste de la revue et, partant, au « genre » de la prose d’art, dont il serait, avec Emilio Cecchi (1884-1966), un maître incontesté. Après une analyse historique et théorique de la notion de prose d’art, dont nous proposons une définition poétique plutôt que générique, une analyse textuelle de l’ensemble de l’oeuvre de Cardarelli, ainsi qu’une comparaison avec la prose d’Emilio Cecchi et celle de Riccardo Bacchelli, permet d’une part, d’affranchir l’oeuvre de Cardarelli de ce que nous avons appelé le « mythe de la prose d’art », d’autre part de mettre au jour la construction, en prose comme en poésie, d’un véritable « mythe autobiographique ». En montrant comment cette voix « isolée » (selon l’expression de Montale) traverse son époque, il s’agit de révéler le rôle de médiation assuré par Cardarelli, qui s’avère être à la fois un précurseur de l’hermétisme et un interprète singulier de la notion de « mythe autobiographique » forgée par les écrivains de La Voce, dont il s’empare pour en proposer une formulation toute personnelle, qui révèle une pratique résolument moderne de l’écriture du « moi ».

  • Titre traduit

    Vincenzo Cardarelli (1887-1959) : from the “art prose” myth to the autobiographical myth


  • Résumé

    Vincenzo Cardarelli (1887-1959), poet, prose writer and founder of La Ronda review (1919-1923), remains primarily associated to the under taking of the classical restoration of the review, and therefore, to the “art prose” genre, where together with Emilio Cecchi (1884-1966), he would be an uncontested master. After an historical and theoretical analysis of the notion of “art prose”, where we propose a poetic definition rather than a generic one, an overall analysis of Cardarelli’s work, as in comparison with Emilio Cecchi’s and Riccardo Bacchelli’s work, enables us to differentiate from Cardarelli’s work what we called the “ art prose myth”. On the other hand, it also enables us to update the construction, both in prose as well as in poetics, of a truly “autobiographical myth”. By showing how this “isolated” voice (according to Montale’s expression) makes its way throughout its time, a mediation role assured by Cardarelli is revealed. At the same time, he defines himself as a precursor of hermeticism and as a single interpretor of the “autobiographical myth”, forged by La Voce writers, which he uses in order to offer a completely personal thinking process which reveals a resolutely modern practice of “self” writing.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (523 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 385-414. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6777/1-2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10671
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.