Mahābhārata, Rāmāγaṇa et récits kṛṣṇaïtes : traditions narratives dans la sculpture hoysaḷa (XIIème-XIIIème siècles)

par Rachel Loizeau

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Osmund Bopearachchi et de Édith Parlier-Renault.

Soutenue en 2006

à Paris 4 .


  • Résumé

    Un groupe de temples tout à fait exceptionnel se distingue au sein de l’architecture Hoysaḷa. Ces monuments sont construits sur des soubassements ornés de plusieurs frises superposées dont l’une d’elle présente un enchaînement narratif de cycles épiques et kṛṣṇaïte inédit dans la sculpture du sud de l’Inde. Le Mahābhārata, jusqu’alors peu représenté, connaît une popularité égale à celle du Rāmāyaṇa et de la geste de Kṛṣṇa. Cet ensemble d’édifices d’une envergure architecturale et iconographique unique est limité à la fois dans le temps mais aussi géographiquement puisque tous les temples sont situés au cœur du royaume hoysaḷa et ont été construits dans un laps de temps relativement court à savoir un demi-siècle (1120-1268). Ce matériel particulièrement exhaustif nous permet d’étudier les traditions narratives à l’échelle de la région, le Karnataka, lorsque l’on compare ces représentations aux expériences plus anciennes, sous les Cāḷukya et les Cōḻa, ou celles plus tardives dans la sculpture de Vijayanagar, mais également à l’échelle du sud de l’Inde en les rapprochant des traditions narratives Cōḻa. On découvre ainsi la spécificité du genre narratif hoysaḷa.

  • Titre traduit

    Rāmāγaṇa, Mahābhārata and kṛiṣṇa stories : narratives traditions in hoysaḷa sculpture (12th-13th centuries)


  • Résumé

    A set of quite exceptional temples are found in Hoysaḷa architecture. These monuments are built on high basements decorated with superposed friezes. One of these friezes shows original narrative sequences of the great Indian epic cycles and Krṣṇa stories. These sequences are unique in South Indian sculpture from both the architectural and iconographic points of views. The Mahābhārata, which was until then fairly under-represented, became as popular as the Rāmāyaṇa and the Kṛṣṇa stories. These impressive monuments are limited both in time and in space, but also geographically, as they are located in the centre of the Hoysala kingdom and were built over a short period, i. E. One and half century (1120-1268). This particularly exhaustive material gives us the opportunity to examine the narrative traditions at the regional scale of Karnataka. Furthermore, our study compares these representations with previous experiences in Cāḷukya art and in later Vijayanagara art, but also with the general narrative traditions developed under the Cola in South India. This comparative approach allows us to understand the specificities of the Hoysaḷa narrative art.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1345 f.)
  • Annexes : 311 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6754/1-3

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10021
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MFiche 223/3643
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.