Peintures antiques romaines et faussaires : sources et techniques

par Delphine Burlot

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de François Baratte.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Dès leur découverte au XVIIe siècle, les peintures antiques ont suscité la fabrication de faux. Les premières publications sur les peintures antiques se firent simultanément à la diffusion des copies en couleur et l’ouvrage de G. P. Bellori et de P. S. Bartoli sur les peintures du tombeau des Nasonii connut un grand succès dans toute l’Europe. Au XVIIIe siècle, les fouilles entreprises par le roi de Naples à Herculanum mirent au jour un grand nombre de peintures et suscitèrent la curiosité des voyageurs européens. Or, l’accès au site était limité et la diffusion des découvertes interdite. Cependant des fragments provenant de ce site étaient en vente clandestinement à Rome. Il apparut rapidement qu’il s’agissait de contrefaçons, réalisées par Giuseppe Guerra, l’artiste qui prétendait les restaurer. Après la découverte de la supercherie, l’affaire fut relatée par Caylus, Winckelmann et le père Piaggio. Les théoriciens qui s’intéressaient à la peinture antique tentèrent de retrouver la technique de l’encaustique, oubliée des artistes modernes. Ces recherches eurent pour conséquence l’emploi de la cire dans les matériaux utilisés pour la restauration des peintures antiques. L’étude de la technologie des faux permet de comprendre le contexte dans lequel évoluait le faussaire : en effet, celui-ci adapte son discours et sa technique au goût de ses contemporains, le but étant de rendre son oeuvre attrayante et … authentique. La connaissance des truchements du faussaire, ainsi que des analyses scientifiques permettent de détecter plus sûrement les faux.

  • Titre traduit

    Roman Antique Paintings and Forgeries : Sources and Techniques


  • Résumé

    Since their discovery in the 17th century, antique paintings resulted in creation of forgeries. First publication of books on antique painting took place when colored drawings were made and spread. Bellori and Bartoli’s book on paintings from Nasonii’s tomb had a great success in whole Europe. In the 18th century a lot of paintings were discovered during the excavations made for the king of Naples at Herculaneum. European travellers were very curious about these discoveries, but could not visit the site because of restriction ordered by the napoletan governement. However, some painted fragments said to be taken from Herculaneum could be bought in Rome. In reality these paintings were forgeries made by Giuseppe Guerra, who pretend to restore them. After the whole story was discovered, it was told by Caylus, Winckelmann and Padre Piaggio in their corrispondence. Antiquarians tried to understand why the colors of antique paintings lasted so long. They made some researches upon wax-painting technique. This work had some repercussions on the choice of products used in the conservation of antique painted plasters. The study of the making of forgeries helps in understanding the context in wich evolved the forger. In fact, forgers tried to make their paintings look pleasant and … genuine. The knowledge of forgers’tricks and the scientific analyses makes easier the detection of forgeries.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Centre Jean Bérard à Naples

Fabriquer l'antique : les contrefaçons de peinture murale antique au XVIIIe siècle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (600 f.)
  • Annexes : 641 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6749/1-2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10067
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MFiche 223/3721
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 1235
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Centre Jean Bérard à Naples

Informations

  • Sous le titre : Fabriquer l'antique : les contrefaçons de peinture murale antique au XVIIIe siècle
  • Dans la collection : Mémoires et documents sur Rome et l'Italie méridionale , 7 , 1120-0596
  • Détails : 1 vol. (347 p.-[48] p. de pl.)
  • ISBN : 978-2-918887-15-7
  • Annexes : Bibliogr. p. [261]-283. Notes bibliogr. en bas de page. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.