L'Afrique de l'Ouest anglophone entre mémoire et réparation à l'époque post-coloniale : une question de développement

par Lang Fafa Dampha

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Jean-Claude Redonnet.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    L’esclavage transsaharien et transatlantique, le colonialisme et l’apartheid qui avaient été menés dans une atmosphère d’extrême brutalité, ont énormément affecté le développement socio-économique de l ‘Afrique noire. Ces phénomènes sont-ils responsables des problèmes sociaux économiques contemporains dans cette partie du continent ? L’Afrique a accédé à l’indépendance depuis plus de cinquante ans. En 1957 après que le premier pays, le Ghana en Afrique de l’Ouest anglophone, devint indépendant, les pays Africains créèrent l’Organisation de l’Union Africaine (1963) sous l’influence du Ghanéen Kwame Nkrumah. Furent également créés des communautés économiques régionales, telles que la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Les pays africains indépendants rejoignirent des associations et organisations déjà existantes, créées par l’Occident, dont les pays qui les avaient colonisés. Quels sont les effets de l’appartenance des pays africains aux organisations et associations telles que les Nations-Unies, la Banque Mondiale du Commerce, la Francophonie et le Commonwealth des nations, sur l’indépendance et le développement des pays africains ? Le passé douloureux de l’Afrique est un thème central de l’évolution du monde contemporain. La réparation des destructions économiques, sociales et psychologiques, causées par l’esclavage et le colonialisme à l’Afrique noire, a été demandée par les pays qui s’en définissent comme les victimes, alors que les anciens pays colonisateurs en ont nié l’opportunité. Quel serait l’importance de réparations sur le développement de l’Afrique ? Le rôle jouait par les arabes, les Africains du Nord et l’Afrique noire elle-même, dans le commerce des esclaves, a-t-il affecté la question ? Enfin, les dirigeants africains, peuvent-ils contribuer à cet effort global, afin qu’au delà du devoir de mémoire et des demandes en réparation, l’avenir du développement soit mieux assuré ?

  • Titre traduit

    English West Africa between memory and reparation in the post-colonial era : a question of development


  • Résumé

    The Trans-saharan and the Trans-Atlantic slave trades, and European colonisation and apartheid that had been carried out in an atmosphere of extreme brutality, have enormously affected socioeconomic development in black Africa. Are these phenomena responsible for the present social and economic problem? Africa has been independent for over fifty years and after 1957, when the first black african country (Ghana in English West Africa) became independent, African countries created the Organisation of African Unity in 1963 under the influence of Kwame Nkrumah of Ghana. They have as well created economic communities amongst themselves, such as the Economic Community of West African States (ECOWAS), and joined existing ones created by the West, including their former colonisers. What effects do membership of organisations and associations such as the United Nations, the International Monetary Fund, the World Bank, The world Trade Organisation, the Francophonie and the Commonwealth of nations, have on black Africa’s independence and development? Africa’s painful pasts are inevitable themes of evolution of the contemporary world. Reparations of the economic, social and psycological damages of slavery, colonialism on black Africa have therefore been asked for by Africans, as victims of the past, when the countries who had enslaved and colonised black Africa, have refused to pay reparations. What is the significance of reparation to Africa’s development? How have the roles played by the Arabs, the North Africans and the Black Africans themselves in the slave trade, affected reparations? Can Black African leaders play a role in the global process, in order to better ensure the development of the Continent?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (512 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6744

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10144
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.