Identité culturelle vs. Identités nationales dans la poésie post-coloniale des caraïbes hispanophones

par Graciela Maglia Vercesi

Thèse de doctorat en Littérature hispano-américaine

Sous la direction de Milagros Ezquerro et de Hélène Pouliquen.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le but de cette recherche est l’étude, dans le cadre théorique de la Sociocritique et des Etudes Culturelles, de l´émergence de l’identité caraïbe comme témoignage de la naissance d’une identité latino-américaine assumée dans son hybridation, visible dans les différentes prises de position du domaine littéraire 1930/1940 dans les Caraïbes de langue espagnole. Dans cette période très active, nous retrouvons une production poétique qui représente une prise de position de légitimation de la part des minorités périphériques postcoloniales, vis- à- vis du centre hégémonique, dans une esthétique de résistance pour conjurer la violence coloniale. Cette notion dé-territorialisée d’identité dessine un territoire virtuel dominant dans l’imaginaire collectif du sujet culturel des Caraïbes, qui problématise la conception de nation et formule la confrontation identité caraïbe/ conscience nationale. Nous analyserons le contrepoint: poésie des Caraïbes continentales (Colombie) / poésie des Caraïbes insulaires (Cuba, Puerto Rico, République Dominicaine) à partir d’un corpus intégré par les auteurs : Jorge Artel, Luis Palés Matos, Nicolás Guillén, Manuel del Cabral et Franklin Mieses Burgos, et leur relation avec le discours essayiste des Caraïbes hispaniques comme Fernando Ortiz, Roberto Fernández Retamar, Antonio Benítez Rojo, Antonio Pedreira, Juan Bosch, José Luis Gonzáles et al. Les poètes des caraïbes hispanophones constituent leur prise de positon avec une production qui réclame une nouvelle analyse socio-culturelle, à partir de microsémiotiques textuelles comme un lieu privilégié de concrétions sociodiscurssives qui montrent le locus d’énonciation de chaque écrivain.

  • Titre traduit

    Cultural Identity vs National Identities in Post-Colonial Hispanic Poetry


  • Résumé

    The purpose of this research is the analysis of the emerging Caribbean identity put in the theoretical frame of Sociocritics and Cultural Studies as a witness of the birth of a Latin American identity where its hybrid origin is fully absorbed and visible in the positioning of the literary domain 1930/1940 in the Hispanic Caribbean. This nonterritorial notion of identity maps out a virtual territory dominant in the collective imagery of the Caribbean cultural subject, which generates a problem in the concept of nation itself and produces the clash Caribbean identity/ national awareness. In this very active period, we can see a large poetic production which represents a position of legitimation on the part of the marginal Postcolonial minorities, like those of the Caribbean versus the ruling center, in an aesthetics of resistance to out live the colonial violence. In similar way, we will analyze the counterpoint: poetry at the continental Caribbean [Colombia] / poetry of insular Caribbean Cuba, Puerto Rico, Dominican Republic] from a selected corpus of the following authors: Jorge Artel, Luis Palés Matos, Nicolás Guillén, Manuel del Cabral and Franklin Mieses Burgos, and their relationship with the Spanish Caribbean essay e. G. José Martí, Fernando Ortiz, Pedro Henríquez Ureña, Roberto Fernández Retamar, Angel G. Quintero Rivera, Juan Gelpí, Antonio Benítez Rojo, Antonio Pedreira , Eugenio María de Hostos Juan Bosch, José Luis Gonzáles et al. In this context, the Spanish Caribbean poets position themselves within a production requiring a new socio-cultural analysis from textual microsemiotics as a privileged place of socio-discoursives concretions that shows the locus of enunciation of every writer.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Pontificia Universidad Javeriana à Bogotá

De la machina imperial a la vereda tropical : poesía, identidad y nación en el Caribe afrohispánico


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (360 f.)
  • Annexes : 470 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6735

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10200
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Pontificia Universidad Javeriana à Bogotá

Informations

  • Sous le titre : De la machina imperial a la vereda tropical : poesía, identidad y nación en el Caribe afrohispánico
  • Dans la collection : Colección Estudios literarios
  • Détails : 1 vol. (307 p.)
  • Notes : Introducción : Del Locus Amoenus a la vereda tropical. Reflexiones teóricas : La sociocrítica y los estudios literarios. Poesía. Literaturas poscoloniales y crosscultural criticism. Caribe y nación. Reflexiones in situ, el texto en contexto : Nuevas rutas investigativas hacia el Caribe. El Caribe hispánico : a la búsqueda de la hegemonía perdida. Análisis del Corpus : La canción imposible de la afrocolombianidad. Jorge Artel. Luis Pales Matos o "el ruiseñor de Guayama". Nicolás Guillén o la educación identitaria. República Dominicana : "con un tamaño nacional tirado sobre el Caribe.
  • ISBN : 978-958-716-247-9
  • Annexes : Bibliogr. p. 261-287. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.