La bijouterie gallo-romaine en or : recherches sur les techniques de fabrication et essais de typologies

par Corinne Besson

Thèse de doctorat en Histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de François Baratte.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les recherches sur les techniques de fabrication de la bijouterie gallo-romaine en or constituent une autre façon de voir et d’approcher ce mobilier archéologique. Avec deux cent dix-sept bijoux répartis en six catégories, bagues et anneaux, colliers et chaînes, boucles et pendants d’oreille, bracelets, pendentifs et divers, il restait à déterminer dans quelles mesures les techniques pouvaient aider à la compréhension de ces pièces et à leur placement dans la production de l’Empire romain. Le travail commence par une description très minutieuse de chaque bijou comprenant, entre autres, les dimensions, le poids et une observation rigoureuse accompagnée de quatre mille photographies. Cette première approche amène à traiter tous les éléments, fermoirs, mailles, fils d’enfilage, culots, corps, bâtes, sections, corps, barrettes, cadres, pendentifs, bélières, collerettes et autres, composant le bijou indépendamment les uns des autres pour reconstituer le montage en faisant ressortir l’usure, les défauts, les réparations, les pièces modernes… La mise en place des techniques, feuilles mises en forme, fonte, fils massifs, creux, granules, soudures, travail décoratif… couplées avec les dimensions permettent de comparer les bijoux entre eux puis avec ceux romains. Seule la centaine de bagues et anneaux a permis d’élaborer une ébauche de typologie, les autres bijoux n’étant pas assez nombreux. Parallèlement, les notions d’atelier, d’artisan et de production gallo-romaine sont à plusieurs reprises suggérées selon les bijoux, la technique intervenant pour accentuer et mettre en valeur des différences parfois peu visibles entre les bijoux romains et ceux étudiés.

  • Titre traduit

    Research on manufacturing techniques and a possible typology


  • Résumé

    Research on the manufacturing techniques of Gallo-Roman gold jewellery provide one method of approaching this sort of archaeological material. The 217 pieces of jewellery were divided into six classes, finger rings, necklaces and chains, studs, armlets, pendants and miscellaneous pieces, and then examined in detail in order to assess how far the techniques used in their manufacture added to our understanding of these pieces and in particular how they related to similar manufactured goods in the Roman Empire. The study begins by cataloguing each jewel, giving dimensions, weight and a highly detailed description, illustrated by 4,000 photographs. This first approach led to one in which all the individual elements of the jewels were treat as independent pieces : clasps, links, threads, base-plates, main bodies, supports, frames, etc. , enabling the process of manufacture to be reconstructed as well as the detection of defects, repairs and modern pieces… The definition of techniques, such as embossing sheet metal, casting, the use of strip and block twisted wires, welding… enables valid comparisons to be made between these individual pieces of jewellery and with other products of the Roman period. Only for the hundred finger-rings in the assemblage is an attempt made to establish a typology, as the remaining groups were composed of too few individual pieces. Throughout, attention is drawn to workshops, craftsmen and Gallo-Roman production according to the various pieces of jewellery ; the techniques employed in their manufacture are used to stress or emphasize differences, sometime scarcely visible to the naked eye, between Roman jewellery and the Gallo-Roman studied items.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 5 vol. (2554 f.)
  • Annexes : 1120 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6731

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10367
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4068
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 1243
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.