Le retentissement des mots dans les oeuvres électroacoustique de Luciano Berio, Bruno Maderna, Luigi Nono et le concept de résonnance sémantique

par Nathalie Ruget

Thèse de doctorat en Musicologie. Musique du XXe siècle

Sous la direction de Marc Battier.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Au sortir de la deuxième guerre mondiale, musique et technologie se rejoignent et, à travers les recherches conjuguées de différents domaines scientifiques, une réflexion nouvelle s’amorce sur l’évolution de la création humaine et sur le concept d’outil. Le questionnement relatif à l’histoire de la création s’affine, à travers lequel la notion de sémantique se démultiplie. Notre étude traite du concept de résonance sémantique. Elle élabore ce concept en mettant d’abord en perspective les étapes marquantes au début du XXe siècle dans le traitement du texte (travail sonore des poètes, théâtre et opéra radiophonique, psychanalyse), puis en décrivant, d’une part dans le champ scientifique, l’émergence des sciences cognitives depuis la première cybernétique et l’apport de leurs travaux pour les processus de création et de perception, et d’autre part dans le champ musical, les recherches aux studios de Paris, Cologne, Berlin et Milan. Sont ensuite mis en regard de manière approfondie, sous l’angle de la résonance sémantique, le texte et la musique dans certaines pièces électroacoustiques de Luciano Berio (Ritratto di città, C’è musica e musica, Chants parallèles, Visage, Laborintus 2), Bruno Maderna (Ritratto di città, Invenzione su una voce, Ages, Don Perlimplin, Ausstrahlung) et Luigi Nono (Das atmende Klarsein, Quando stanno morendo, Omaggio a György Kurtág, Risonanze erranti), des années 1950 aux années 1980.


  • Résumé

    In the aftermath of World War II, music and technology met and, through the combined research of several scientific fields, new reflections arose regarding musical creation and the concepts of tools. The questioning about the history of creation is refined, widening the notion of semantics. Our study deals with the concept of semantic resonance. It develops this concept first by putting into perspective the main stages of the processing of text in the early twentieth century (the work of poets on sound, the theater and radio opera, psychoanalysis), then by describing, in the scientific field, the rise of the cognitive sciences since the first cybernetics and the contribution of their work on the processes of creation and perception, and, in the music field, the research in the studios in Paris, Cologne, Berlin and Milan. Within the framework of semantic resonance previously developed in the dissertation, a thorough parallel is then established between the text and music in some electroacoustic works by Luciano Berio (Ritratto di città, C’è musica e musica, Chants parallèles, Visage, Laborintus 2), Bruno Maderna (Ritratto di città, Invenzione su una voce, Ages, Don Perlimplin, Ausstrahlung) and Luigi Nono (Das atmende Klarsein, Quando stanno morendo, Omaggio a György Kurtág, Risonanze erranti), spanning from the fifties to the eighties.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (409 f.)
  • Annexes : 288 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6595/1-2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10223
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.