Le soutien public à l'art en Angleterre du XIXe siècle à la fin des années 1960 : de la démocratisation de la culture à la démocratie culturelle?

par Cécile Doustaly

Thèse de doctorat en Etudes du monde anglophone

Sous la direction de Jean-Claude Sergeant.

Soutenue en 2007

à Paris 3 .


  • Résumé

    Cette thèse retrace l’évolution du discours et de l’action publics dans le soutien à l’art ainsi que le rôle joué par les autres acteurs : artistes, syndicats, associations, groupes de réflexion, presse locale et nationale, publics. Les domaines artistiques retenus dans cette étude sont les arts plastiques et les arts de la scène soutenus à partir de 1945 par l’Arts Council. La genèse difficile de ce soutien est étudiée pour trouver l’origine d’un modèle britannique qui administre à distance selon le principe d’autonomie. Il apparaît clairement que la continuité historique durant la période a été négligée par les études sur le sujet car l’évolution n’a pas été régulière. L’instrumentalisation du soutien public à l’art pour répondre à d’autres objectifs de politique publique était pourtant visible dès sa naissance. La démocratisation découlait du droit à la culture, mais elle était aussi comprise comme un outil d’éducation, de contrôle social, de soutien à l’identité nationale. L’impact de cette instrumentalisation sur le type d’art soutenu est analysé, comme l’idéal de démocratie culturelle fondé sur une ouverture à l’art populaire et amateur. La démocratisation de l’accès à l’art s’est longtemps limitée à une régionalisation. Les politiques, selon les périodes, donnaient la priorités aux artistes, aux publics, ou à l’art. Si la création du ministère des Arts de Jennie Lee, en 1965, a constitué un âge d’or de la culture, les demandes de démocratie culturelle ne furent pas satisfaites. La réforme structurelle limitant l’autonomie de l’Arts Council fait progressivement évoluer le secteur vers une instrumentalisation et une politisation accrues.

  • Titre traduit

    Arts policies in England, XIXth century to the end of the nineteen sixties : from the democratisation of the arts to cultural democracy?


  • Résumé

    The aim of this thesis is to trace the evolution of the discourse and the objectives for public support in the arts and to analyse the role played by other actors such as artists, trades unions, voluntary associations, think-tanks, the local and national press and the public. The artistic fields under study are the visual and the live arts which came to be funded after 1945 by the Arts Council. The source of this intervention is studied to understand the British model which administers the arts at arm’s length. This phd shows that the origins of today’s instrumentalisation in the arts to answer other policy objectives are more wide-ranging and older than is generally assumed by academic studies which overlook the fact that the evolution was not continuous. In 1945 the Arts Council was created to carry out government’s policy at arm’s length. Democratisation of the arts wasn’t necessarily a way to offer the right to culture, it was a means to an end : education, social cohesion or control were the targets of governmental intervention. The impact of this on the type of culture that was being subsidized deserves analysis, as well as the the ideal of cultural democracy based on an inclusion of popular and amateurs arts. Most of the democratisation agenda concentrated on support for the regions. Policies, depending on the period, prioritized the artists, the public or the arts. If Jennie Lee’s new Ministry for the Arts in 1965 was a golden age in the field, expectations for cultural democracy were not satisfied. The consequences of structural reform on the autonomy of the Arts Council appears in the gradual increase of instrumentalisation and politicization.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (603 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 563-598. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11006
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.