Voir le seuil : les visages de la disparition

par Julien Milly

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Murielle Gagnebin.

Soutenue en 2007

à Paris 3 .


  • Résumé

    Comment voir le seuil ? Comment lui découvrir une plasticité tant il échappe, par définition, à toute limite, à toute certitude ? Lieu d’où émane une puissance de métamorphoses, le seuil ouvre l’image au déséquilibre et au vertige, créant une aire significative au regard d’une économie et des formes et du sens. La recherche met en évidence les différentes identités de l’entre (artistiques, esthétiques, dramatiques, etc. ), chacune en appelant à une dialectique qui relie aussi bien la présence à l’absence, la figure à la défiguration, que l’apparition à la disparition. Sont saisies, en conséquence, des organisations spécifiques de l’intermédiaire : d’une topographie du non lieu ou du hors lieu aux temporalités de l’entre, et jusqu’aux phénomènes d’identités seuil –et cela à travers des champs artistiques variés : de la peinture (Vermeer, La Tour, Rembrandt, Music, Velickovic) à la poésie (Bonnefoy, Jabès), de la photographie (Alain Fleischer, Jeff Wall) aux installations (Christian Boltanski) et au cinéma (Bergman, Antonioni, Sokurov, Rohmer, Haneke, Claire Denis). Des écritures filmiques contemporaines (Kiarostami, Lars von Trier, Wong Kar-Wai) précisent les caractéristiques actuelles d’une écriture du seuil, toujours attachée à une crise de l’identitaire et à un effondrement du visage. Perçu comme un « lieu » à part entière, le seuil dévoile ainsi sept fonctions, de même qu’il devient un outil heuristique pour penser l’image.

  • Titre traduit

    Seeing the threshold : the faces of disappearance


  • Résumé

    How is the threshold to be seen? How can plasticity be discovered in it when it eludes, by definition, every limit, every certitude. As the locus of a potential source of metamorphoses, the threshold opens the image to disequilibrium and vertigo, creating a meaningfull space with regard to an economy and forms and meaning. Research demonstrates the different identities of the between (artistic, aesthetic, dramatic, etc), each of them appealing to a dialectic wich links presence to absence, figure to disfiguration, as well as appearance to disappearance. Specific organisations of the intermediate area are apprehended, ranging from topography of the threshold of the surrounding area to the temporalities of the between, and even the phenomena of threshold identities, via various artistic fields : from painting (Vermeer, La Tour, Rembrandt, Music,Velickovic) to poetry (Bonnefoy, Jabès), from photography (Alain Fleischer, Jeff Wall) to installations (Christian Boltanski) and to cinema (Bergman, Antonioni, Sokurov, Rohmer, Haneke, Claire Denis). Contemporary films style (Kiarostami, Lars von Trier, Wong Kar-Wai) highlight the contemporary characteristics of a filmic representation of the threshold that is always linked to an identity crisis and a disappearance of the face. Perceived as a “locus” in its own right, the threshold thus reveals seven functions, and also becomes a heuristc tool for thinking about the image.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (488 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 416-433. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11026
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/3802
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.