La théâtralité dans le roman : Stendhal, Balzac

par Agathe Novak-Lechevalier

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Dominique Combe.

Soutenue en 2007

à Paris 3 .


  • Résumé

    S’il ne peut être question de théâtralité dans un roman que comme effet de lecture, cette expérience courante est fréquemment invoquée par les lecteurs comme par la critique. La notion de théâtralité reste cependant souvent imprécise et donc peu opératoire. Pour en expliquer les modes d’apparition et les propriétés dans les romans de Balzac et de Stendhal, il importe d’abord de la replacer dans le cadre d’un questionnement relevant d’une poétique historique des genres. Ce travail tente donc d’éclaircir ce que recouvre la notion de théâtralité depuis le texte fondateur que constitue la Poétique d’Aristote, pour mieux montrer d’une part, comment, au XIXe siècle, émerge l’idée d’un effet de théâtre indépendant du contexte énonciatif dramatique, et d’autre part, pourquoi la promotion du genre romanesque passe alors par un rapprochement avec le théâtre. À partir de cette analyse, qui met au jour un certain nombre de traits fonctionnant comme des marqueurs de théâtralité, il s’agit d’étudier la manière dont ces traits, réunis en configuration, contribuent à la théâtralisation de la scène romanesque. Il apparaît que c’est sur la mise en scène du dialogue par le discours narratif que repose l’effet de théâtralité, et que la variété des traits retenus permet d’éclairer les différences qui séparent les esthétiques romanesques de Stendhal et de Balzac. L’adoption par le roman du modèle théâtral est enfin inséparable d’une herméneutique et d’une pragmatique : informant l’univers romanesque, ce modèle renseigne le lecteur sur le fonctionnement des ressorts sociaux ; régulant le rapport du lecteur à la fiction, il permet d’articuler un paroxysme émotionnel et une distanciation critique.

  • Titre traduit

    Theatricality in the novel : Stendhal, Balzac


  • Résumé

    Theatricality is frequently mentioned as an effect produced on the reader by the novel. However, the notion remains generally imprecise and consequently hardly operative. A study of theatricality from the perspective of a historical poetics of literary genres is necessary to explain its mode of appearance and its properties in Balzac and Stendhal’s novels. Therefore, this work aims to highlight what the notion meant since Aristotle’s Poetics. We will explain first how the idea of a theatrical effect independent from the dramatic mode appeared in the nineteenth century, and, secondly, why the promotion of the novelistic genre implied a link with drama. This analysis emphasizes a few features operating as theatricality markers, which allows to study how these features, combined together, contribute to produce a theatrical effect in the context of novelistic scenes. It appears that the theatricality effect is based upon the narrative speech which produces the dialogue as on a stage. The variety of the features used by Stendhal or Balzac allows to enlighten the differences that characterize the aesthetics of each novelist. Finally, the adoption of a dramatic pattern by the novel is closely linked to hermeneutic and pragmatic perspectives : by informing the universe represented in the novel, this pattern gives information to the reader about the rules that govern society ; by regulating the connection between the reader and the fiction, it enables to correlate emotional paroxysm with critical distance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (789 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 747-772. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10704
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.