Jeux d’écriture, tache aveugle et musée imaginaire dans l’œuvre de George Herbert (1593-1633)

par Jean-Christophe Van Thienen

Thèse de doctorat en Etudes du monde anglophone

Sous la direction de Jacques Sys et de François Laroque.

Soutenue en 2007

à Paris 3 .


  • Résumé

    Dans The Temple (1633), George Herbert cisèle des techniques littéraires déjà expérimentées dans ses écrits en prose ou en latin. Les plus marquantes, soit l’anagramme et le jeux de mots, ne constituent pas, dans sa poétique, des artifices stylistiques mais bien des outils théologiques qui permettent au prêtre-poète d’élaborer une dialectique du Salut se fondant sur une opération permanente de caché/révélé au sein de chacun des poèmes de l’œuvre. Il réactive lors du processus les écrits des Pères de l’Église et des grandes figures de la pensée mystique tels Thomas à Kempis, Henri Suso ou Jacopone da Todi tout comme sont recyclés les genres littéraires profanes antérieurs et contemporains ou les expérimentations anagrammatiques de Cabalistes chrétiens comme Guy Le Fèvre de la Boderie ou Blaise de Vigenère. Dans le contexte de la nouvelle Querelle des Images l’auteur entend chasser l’image pieuse et le livre d’emblème de la sphère religieuse anglaise au profit du seul Verbe et du vernaculaire. Herbert s’adonne à un iconoclasme virtuel et s’ingénie à remplacer l’image per se par autant d’images mentales conformes au dogme et contribuant à l’émergence du lecteur moderne. Sa poétique s’oppose du même coup à la Contre-Réforme, Jésuite en particulier, et aura pour objectif majeur l’affirmation de la légitimité et de la suprématie de la jeune Église d’Angleterre.

  • Titre traduit

    The Church-Militant : literary devices, political manifesto and mental pictures in George Herbert’s emblematic works (1593-1633)


  • Résumé

    This research focuses on George Herbert’s frequent resorting to puns and anagrams in The Temple and his other works in prose and Latin. These are not to be viewed as mere tongue-in-cheek oddities but much rather as genuine literary as well as theological devices. This innovative stratagem opens on unexpectedly broad artistic scopes whilst serving a fully planned threefold religious strategy by disclosing additional layers of interpretation which are themselves profoundly embedded in dogma. The demonstration focuses on the poet’s rewriting of the Fathers of the Church’s literature and his recycling of earlier profane literary genres combined with frequent incursions in the works of Continental religious writers such as Thomas à Kempis, Henry Suso, Saint Teresa and Jacopone da Todi. This not only allowed the Bemerton priest/poet to compose a strong verbal attack on the Stuart monarchy but also to combat Jesuit propaganda and more specifically the then thriving emblem-book by imposing mental pictures, instead of actual ones, upon his potential readership, thus asserting the supremacy of the sole Word of God while promoting the full legitimacy of the then nascent Church of England.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2vol. (806 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 537-569. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10719
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.