Poétique du vide dans l'oeuvre de Lorand Gaspar

par Sarra Ladjimi Malouche

Thèse de doctorat en Langue et littératures françaises

Sous la direction de Afifa Marzouki et de Michel Collot.

Soutenue en 2007

à Paris 3 en cotutelle avec La Manouba .


  • Résumé

    En envisageant une “poétique du vide dans l’œuvre de Lorand Gaspar”, nous nous sommes proposé d’interroger un rapport au monde et le fonctionnement de l’écriture qui le fonde. En effet, le vide semble caractériser un imaginaire de l’espace dominé par la représentation du désert. De plus, le vide dans toutes ses manifestations et ses nuances, est étroitement lié à un choix esthétique ainsi qu’à une pratique de l’écriture qui se veut “désencombrée” et qui procède par ellipses, omissions et non-dits. En outre, le vide s’actualise dans le schème du dépouillement, celui-ci donnant à voir un sujet “sans nom et sans visage”, un quelqu’un anonyme, dépossédé, et dont la parole se diffracte en de multiples postures énonciatrices. Faire le vide signifie aussi rompre avec les habitudes linguistiques et intellectuelles, mais aussi avec les clichés et les conventions. Le vide appelé aussi “vide-plein” ou “vide-médian”, est aussi l’indice de l’influence de la philosophie de la Chine ancienne dans l’œuvre de Lorand Gaspar. Celle-ci donnant l’exemple d’une vision immanente, prêtant attention à toute chose du monde mais aussi à ce qui les sous-tend, cet infigurable, ce “fond sans fond”. Le vide est aussi ce noyau d’indétermination autour duquel la parole gravite. Celle-ci se situant dans “l’entrebâillement “ des mots, dimension du vide interstitiel à appréhender par l’entrecroisement des figures et images. Non plus stable et fermé, le sens est dynamique. Il s’affirme comme champ de forces où sont à l’œuvre combinaisons et translations diverses. La poétique du vide situe le discours dans “l’implicite et le suggéré” appelant ainsi l’interprétation et sollicitant le désir herméneutique du lecteur.

  • Titre traduit

    A poetics of the void in Lorand Gaspar's voice


  • Résumé

    In undertaking to write “ a poetics of the void in Lorand Gaspar’s œuvre”, the thesis aims at investigating a kind of relationship with the world and the functioning of the writing governing that relation. Indeed, “void” seems to characterize an imaginary space dominated by the representation of the desert. Furthermore, “void” in all its manifestations and nuances is closely related to an aesthetic choice as well as a practice of writing, which wants to single itself out as a form of clearing and proceeds by ellipses, omissions and the unsaid. Moreover, “void” is realized in the scheme of terseness, lending a view of a subject “ without a face and without a name,” an anonymous subject, dispossessed and whose voice is refracted in a multiplicity of enunciating positions. To create and inhabit a blank space requires doing away with linguistic and intellectual habits as well as with clichés and conventions. The void called “ full emptiness” or “median emptiness” marks the presence of Ancient China in the works of Lorand Gaspar. It is manifest in the immanent vision, which remains attentive to everything in the world and to what underpins everything: that inscrutable and unrepresentable, or the “ bottomless depth. ” The void is also that nucleus of indetermination around which turns the poetic word. The latter is situated in the gaping of words, which is a dimension of the interstices of the void to be approached by the intertwining of figures and images. No longer stable and closed, meaning becomes dynamic. It comes as situated in an arena where a variety of combinations and translations compete. The poetics of the void situates discourse in the frame of “the implicit and the suggested,” calling forth interpretation and inviting the hermeneutic desire and need of the reader.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (448 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.408-445. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10442
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.