Sylvia Plath : la traversée de l'image

par Laure de Nervaux

Thèse de doctorat en Langues, littératures anglaises et anglo-saxonnes

Sous la direction de Christine Savinel.

Soutenue en 2007

à Paris 3 .


  • Résumé

    S’appuyant sur l’étude de manuscrits, textes et oeuvres picturales non publiés, ce travail examine les influences artistiques, le travail de l’image et la représentation du regard dans l’oeuvre de Plath. Cette dernière s’affranchit progressivement d’une esthétique formaliste qui fait du poème un artefact pictural figé, et de la vision le fondement de l’écriture. Influencés par l’esthétique cinématographique et la grammaire des rêves, ses derniers poèmes envisagent au contraire l’écriture comme un processus à la fois dynamique et violent. Ce travail étudie également la représentation du regard dans les écrits autobiographiques de Plath. L’échec répété de l’expérience du miroir, dans lequel le sujet n’aperçoit qu’une image brouillée ou méconnaissable de lui-même, annonce un projet autobiographique paradoxal. La volonté obsessionnelle de recréer théâtralement l’image que le miroir refuse de renvoyer s’accompagne d’une crainte d’être figée par le regard d’autrui, ainsi que par les innombrables dispositifs optiques mis en place par une société extrêmement normative.

  • Titre traduit

    Writing beyond images : a study of Sylvia Plath


  • Résumé

    Drawing on unpublished texts, manuscripts and artwork, this study analyzes pictorial influences, the inscription of the visual and the representation of the gaze in Sylvia Plath’s work. Plath gradually moves away from an aesthetics which turns poems into frozen pictorial artefacts and which relies on vision as a prime source of inspiration. Envisioning writing both as a dynamic and a violent process, her late poems incorporate cinematic influences and model themselves on the grammar of dreams. This work also focuses on the representation of the gaze in Plath’s work. Failed encounters with mirrors, which only reflect back blurred or alien faces, preside over a paradoxical autobiographical project. Plath’s effort to recreate theatrically the image which the mirror won’t give back is bound up with a deep-seated fear of being petrified by other people’s gaze and by the countless optical devices set up by a highly normative society.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (547 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 469-512

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10977
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.