Chelmno, Belżec, Sobibór, Treblinka : politique génocidaire nazie et résistance juive dans les centres de mise à mort (novembre 1941-janvier 1945)

par Ayse Sila Cehreli

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de André Kaspi et de Anne Grynberg.

Soutenue en 2007

à Paris 1 .


  • Résumé

    L’histoire des centres de mise à mort de Chelmno, Belzec, Sobibór et Treblinka traite de la période se situant entre novembre 1941 et la mi-janvier 1945. Lorsque nous mettons en parallèle les différentes reconstitutions historiques de ces quatre sites, nous pouvons relever un certain nombre de caractéristiques communes. Et ce, malgré le fait que ces reconstitutions reposent sur des sources fragmentaires. Premièrement, il y avait un groupe d'exécuteurs, chargé de mettre en application les opérations de mise à mort destinées à annihiler les communautés juives de l'Europe nazie. Les membres· de ce groupe ont d'abord été intégrés au programme de la «Solution finale ») à partir des instances étatiques ordinaires du IIIe Reich, c'est-à-dire des unités de la police allemande. Les autorités nazies ont, néanmoins, rapidement abandonné ce choix initial. Lorsqu'il s'est agi de développer au printemps 1942 la politique génocidaire, sur la base de l'expérience meurtrière acquise à la fois à Chelmno et à Belzec, les nazis ont, par la suite, choisi d'utiliser davantage le personnel de la T4 pour la « Solution finale ». Les crimes atroces, impliquant la responsabilité directe de ces derniers, ont été parfaitement organisés au sein d'un processus de mise à mort : un autre élément attestant clairement de l'existence d'une politique génocidaire. Conformément au processus de mise à mort, des espaces délimités, autre composante de cette politique, ont été utilisés par les différents SS-Sonderkommandos pour leur permettre d'exécuter leurs tâches meurtrières en toute clandestinité, sans. Éveiller le soupçon des déportés. . Tant le processus que ces sites de mise à mort ont connu, ensuite, un développement permanent au fur et à mesure que les exécuteurs gagnaient de l’expérience en matière de meurtre de masse

  • Titre traduit

    Chelmno, Belzec, Sobibor, Treblinka : nazi genocide policy and jewish resistance in the killing centers (November 1971-January 1945)


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par Éd. Kimé à Paris

Témoignage du Khurbn : la résistance juive dans les centres de mise à mort : Chełmno, Bełżec, Sobibór, Treblinka


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (856 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 717-747

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 07 : 36

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9936
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par Éd. Kimé à Paris

Informations

  • Sous le titre : Témoignage du Khurbn : la résistance juive dans les centres de mise à mort : Chełmno, Bełżec, Sobibór, Treblinka
  • Dans la collection : Collection Entre histoire et mémoire
  • Détails : 1 vol. (354 p.)
  • ISBN : 978-2-84174-638-5
  • Annexes : Bibliogr. p. [333]-354. Filmogr. p. 354. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.