Malebranche et les mathématiques

par Claire Schwartz

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Denis Kambouchner et de Richard Glauser.

Soutenue en 2007

à Paris 1 en cotutelle avec l'Université de Neuchâtel (Suisse) .


  • Résumé

    L'axe essentiel de cette thèse consiste à démontrer la cohérence de la pensée mathématique de Malebranche qui s'est formée en contexte cartésien avant de subir des influences leibniziennes. L'adoption du calcul infinitésimal définit un tournant essentiel dans la constitution de sa pensée mathématique, tournant que nous nous refusons à considérer comme un revirement. Il s'agit alors d'évaluer ce qu'il y a d'effectivement cartésien dans les thèses malebranchistes, ainsi que le poids réel des thèses leibniziennes par la suite. L'analyse conceptuelle et textuelle s'appuie sur une étude historique du réseau d'influences en lequel Malebranche s'est trouvé inscrit, et une étude technique, notamment par le commentaire de ses notes sur les Leçons de Jean Bernoulli. L'analyse des mathématiques malebranchistes nous amène directement à questionner les structures profondes de sa philosophie, en particulier sa théorie des idées, son concept de l'infini, et en définitive son ontologie.

  • Titre traduit

    Malebranche and mathematics


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (471 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 461-468

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 07 : 60

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9848
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.