Analyse de la variabilité spatio-temporelle de la teneur en eau des sols à l’échelle parcellaire par la méthode de résistivité électrique

par Arlène Besson

Thèse de doctorat en Sciences de la Terre

Sous la direction de Isabelle Cousin et de Dominique King.

Soutenue en 2007

à Orléans .


  • Résumé

    Ce travail de thèse s’inscrit dans le cadre de la modélisation du fonctionnement hydrodynamique spatialisé des sols à l’échelle intraparcellaire. L’objectif est de discuter les potentialités d’une méthode géophysique électrique - la résistivité électrique - pour la caractérisation de la variabilité spatio-temporelle des teneurs en eau des sols à l’échelle parcellaire. La méthode géophysique de résistivité électrique a été choisie car elle intègre les sols dans leurs trois dimensions, est exhaustive et non destructive. Cependant, si la résistivité électrique est fonction de la teneur en eau des sols, elle dépend également d’autres variables pédologiques. Pour atteindre notre objectif, notre travail s’est donc déroulé en deux étapes. Dans un premier temps, l’effet de plusieurs variables du sol sur la résistivité électrique a été analysé en conditions contrôlées au laboratoire. Nous avons mis en évidence que, dans la gamme de concentration en solutés fréquemment retrouvée dans les sols de notre site d’étude, la concentration de la solution du sol influençait peu la résistivité électrique. Celle-ci est, en revanche, très dépendante de la teneur en eau, donc de la composante volumique de la résistivité. Cependant, pour certains horizons, la résistivité d’origine surfacique ne peut être négligée, quelle que soit la teneur en eau de l’horizon. Nous avons également analysé les effets de la température sur la résistivité électrique du sol et nous avons discuté des limites d’application des modèles de conversion de la littérature dans le cadre d’étude sur des échantillons de sol non perturbés. Dans un second temps, et sur la base de ces résultats de laboratoire, nous avons mené une analyse comparative spatio-temporelle entre des mesures de résistivité électrique et des mesures de teneur en eau sur une parcelle de 2 ha en Petite Beauce, à l’échelle de la saison. Nous avons montré que la résistivité électrique permet de décrire, sous certaines conditions, la variabilité spatio-temporelle des teneurs en eau avec une haute résolution et conduit à délimiter des zones présentant une homogénéité spatio-temporelle de teneurs en eau.

  • Titre traduit

    Space and time variability of the soil water content at the field scale as described by the electrical resistivity method


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (212 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 177-186

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 19-2007-45

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 07 ORLE 2045
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.