"Dissidentités" : la double absence / double appartenance de nouvellistes américains (1992-2003)

par Diane Isabelle Hélène Sabatier

Thèse de doctorat en Littérature américaine contemporaine

Sous la direction de Antoine Cazé.

Soutenue en 2007

à Orléans .


  • Résumé

    Notre thèse s'articule autour de l'identité en pointillés de nouvellistes américains. Nous y décrivons l'écriture des dé/possessions africaines américaines et amérindiennes, suite au déplacement contraint de leurs ancêtres, à travers les récits de Randall Kenan, Stéphanie Allen, Sherman Alexie et Susan Power. Nous décryptons ensuite les narrations des frontières créées par l'immigration symbolique entre le Mexique et les Etats-Unis de David Rice, Sergio Troncoso et Oscar Casares. Puis notre recherche souligne la mise en mots des entre-deux Caribéens par les émigrations du Cubano-Américain Vírgíl Sua��rez, du Jamaïco-Américain Thomas Glave, de l'Haïtienne Américaine Edwidge Danticat et du Dominicain Américain Junot Díaz. Enfin nous nous attachons à l'expression des éclats formés par les émigrations asiatiques de Chine, du Vietnam, du Maharashtra et du Bengale de Lan Samantha Chang, Linh Dinh, Ginu Kamani et Jhumpa Lahiri. Nous abordons l'absence et l'appartenance simultanées à deux espaces par une approche des réinscriptions et des (dés)inscriptions de ces auteurs. Notre thèse explore leurs jeux d'écriture entre un discours collectif et leur voix intime. Ces nouvellistes relient un projet esthétique individuel à une réappropriation toute aussi personnelle des batailles pour les droits civiques de la décennie de leur naissance (1961-69). Loin d'accepter l'étiquette réductrice de littérature des minorités ou de devenir des porte-parole, ces écrivains refusent néanmoins de gommer leurs racines. A l'orée du 21e siècle, ils démystifient l'Amérique anglo-saxonne tout comme un certain communautarisme.


  • Résumé

    This thesis studies short-stories by american writers born between 1961 and 1969, at the core of the debate over the civil rights. It presents the dual senses of absence and belonging as seen by Randall Kenan and Stephanie Allen (African-American authors), Sherman Alexie and Susan Power (native American), David Rice, Sergio Troncoso and Oscar Casares (Mexican-American), Vírgíl Suárez (Cuban American), Thomas Glave (Jamaican-American), Edwidge Danticat (Haitian-American), Junot Díaz (Dominican-American), Lan Samantha Chang (Chinese-American), Linh Dinh (Vietnamese-American), Ginu Kamani (Maharashtran-American), and Jhumpa Lahiri (Bengali-American). They respectively write about the dis/possessions of their African and native American ancestors' lands, the frontiers experienced through the symbolic Mexican immigrations, the 'in-betweens" shaped by Caribbean emigrations, and the fragments from Asia. Their collections, published between 1992 and 2003, tackle the implications of their inscriptions in the United States following their ancestors' forced displacement, their family's or their own (real or figurative) migration into the "American Dream". In these collections, they discuss what is at stake in the tension between a collective discourse and their intimate voice at the transition towards the 21st century. These writers put in the wake of the aesthetic aspect of their very personal style an original questioning on the estrangement ethnic minorities still undergo in the United States. These fifteen authors underline the need to debunk American myths and hyphenated identities but also their own minorities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (525 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 447-495

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.