Etudes d’association dans des variétés synthétiques : Cas du gène GAI et de la croissance foliaire chez le ray-grass anglais

par Jérôme Auzanneau

Thèse de doctorat en Biologie et agronomie

Sous la direction de Christian Huyghe.

Soutenue en 2007

à l'Agrocampus Rennes (2004-2008) .


  • Résumé

    L’identification des gènes ou des régions du génome responsables de la variabilité des caractères quantitatifs est généralement réalisées à partir de populations de cartographie dérivées d’hybrides F1. Cependant, ces populations sont peu variables et parfois difficiles à obtenir. Une autre approche possible est la conduite d’études d’association à l’aide de collections d’individus, construites pour représenter une grande variabilité. Cependant, ces collections sont souvent structurées, ce qui peut induire la détection de « fausses » associations entre marqueurs et caractères. Ainsi, un matériel végétal idéal pour des études d’association serait des populations multi alléliques et non structurées. C’est le cas des variétés fourragères qui sont des variétés synthétiques, obtenues après plusieurs générations successives de panmixie, à partir d’un n ombre plus ou moins grand d’individus. L’objectif de cette thèse est de tester si les variétés synthétiques peuvent être utilisées pour identifier les gènes ou les régions du génome responsables de la variabilité des caractères quantitatifs dar des études d’association.

  • Titre traduit

    Association studies with synthetic varieties : case study of GAI gene and leaf growth in perennial ryegrass


  • Résumé

    Identification of genes or of genome regions which explain variationin quantitative traits is generally obtained from QTL analyses using F1 hybrids derived populations. However, these population exhibit a low variability and are sometimes difficult to obtain. An alternative would be association studies using collections of individuals, built to be highly variable. Howevre, these collections are often structured which could lead to detection of spurious associations between markers and traits. So, an ideal plant material for association studies would be multi-allelic and unstructured populations. It is the case of perennial forage varieties which are synthetics, obtained after several panmictic multiplication generations, from a variable number of parents. The objective of this thesis was to test whether synthetic varieties could be used for association studies to identify genes or genome regions responsible for variation in quantitative traits.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (206 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 200-201 p.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : L'Institut Agro Rennes-Angers. Bibliothèque de Rennes.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : C 91
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.