Effet de l’espèce végétale et du comportement de mastication des vaches laitières sur le dommage physique subi par le fourrage lors de son ingestion

par Alejandra Patricia Gracelia Acosta

Thèse de doctorat en Biologie et agronomie

Sous la direction de Jean-Louis Peyraud.

Soutenue en 2007

à Rennes, ENSA .


  • Résumé

    La vitesse de digestion des aliments dans le rumen est connue comme un paramètre déterminant de la quantité et la nature des nutriments fournis au ruminant. La mastication d’ingestion a pour fonction de libérer les composés intracellulaires (CI) du fourrage hors des cellules végétales et de réduire la taille des particules afin de faciliter l’accès des micro-organismes du rumen aux substrats. Notre objectif était de mieux comprendre comment le comportement masticatoire de vaches laitières à l’ingestion et les propriétés rhéologiques de fourrages verts pouvaient moduler le dommage physique subi par le fourrage ingéré. A travers la comparaison de vaches nourries à l’auge ou au pâturage avec un même ray-grass, nous avons montré que, pour un animal et un fourrage donnés, la vitesse d’ingestion est inversement corrélée au dommage physique subi par le fourrage. Le dégagement gazeux issu de l’incubation de bols d’ingestion dans du jus de rumen a aussi été plus élevé lorsque la vitesse d’ingestion était plus faible, ce qui concerne que le dommage physique subi par le fourrage a un impact direct sur la vitesse de digestion des substrats par les micro-organismes du rumen. En comparant 4 fourrages d’espèces végétales différentes, il est apparu que les CI pourraient être plus facilement libérés sur un fourrage de moindre ténacité au déchirement mais que la ténacité au déchirement n’affecte ni le comportement masticatoire à l’ingestion, ni la taille des particules ingérées. Dans nos essais l’individu a eu un fort impact sur la taille des particules avalées, indépendamment de la vitesse d’ingestion.


  • Résumé

    The feed rate of digestion is known as a determinant parameter of the quantity and the nature of the nutrients supplied to the ruminant. A role of eating chewing is to release intracellular constituents (IC) of the forage from the plant cels and to reduce the size of the swallowed particles in such a way to increase the accessibility of substrates for the rumen micro-organisms. Our objective was to better understand how the chewing behaviour of dairy cows during eating and the rheological properties of green forages can affect the physical damage suffered by ingested forage. By comparing grazing cows and cows fed indoors with a same ryegrass, we showed that, for a given animal and forage, the intake rate is negatively correlated to the physical damage suffered by the forage. The gas production from incubation of ingested boli in rumen fluid was also higher when the intake rate was low, which confirms that the physical damage suffered by the forage has a direct impact on the digestion rate of forage by rumen micro-organisms. By comparing 4 forages of different species, we observed that the release of IC could be higher during ingestion of forage with low shear tenacity. However, the shear tenacity of the forage affected neither the chewing behaviour of the cows nor the size of the particles of their ingestive boli. In our trials, individual had a clear impact on the size of particles swallowed independanetly of the intake rate.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (106 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 98-106 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Bibliothèque Générale de Rennes.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : B 179
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.