L’enchâssement social et institutionnel des modes d’accès à la terre et au travail dans un contexte de migration : le cas du secteur agricole à Mayotte

par Perrine Burnod

Thèse de doctorat en Économie et gestion

Sous la direction de Jean-Philippe Colin.

  • Titre traduit

    Social and institutional embeddedness of land and labor acccess in a context of migration : the case of agriculture in Mayotte


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Mayotte, petite île française de l’Océan Indien, est engagée dans un processus conséquent de mise aux normes juridiques, économiques et sociales dans l’objectif d’obtenir le statut de Département. Ce processus a engendré la formation d’un environnement institutionnel pluriel, composé à la fois de règles émanant du cadre légal français et de règles locales d’origine africaine et musulmane. Il a également induit de profondes mutations socio-économiques, tant au niveau local en augmentant le niveau de vie des ménages, qu’au niveau régional en engendrant une immigration illégale massive en provenance des îles voisines des Comores. Plus de 45 000 Comoriens – soit 25% de la population – résident aujourd’hui sur l’île et y occupent une position ambiguë. Les migrants comoriens partagent avec les Mahorais la même histoire et des références communes en termes d’organisation sociale, mais leur statut illégal et leurs conditions de vie précaires leur confèrent une place à part dans la société locale. La thèse s’intéresse aux modalités d’accès à la terre et au travail dans le secteur agricole mahorais. L’objectif de ce travail est d’identifier l’impact de l’environnement institutionnel et des relations sociales sur les arrangements agraires. Notre analyse, ancrée dans une démarche compréhensive et basée sur des entretiens, s’appuie sur des intuitions théoriques issues de la “Vieille” et de la Nouvelle Economie Institutionnelle. Dans le contexte mahorais, propice au développement du marché du travail et du marché du faire-valoir indirect, notre recherche souligne la prédominance des arrangements non-marchands et identifie les conditions sociales et institutionnelles qui limitent cette marchandisation. Elle s’intéresse ensuite aux déterminants du choix d’un arrangement pour les employeurs/propriétaires fonciers, exclusivement mahorais, et les travailleurs/tenanciers, majoritairement comoriens. En troisième lieu, elle caractérise les effets des relations sociales nouées entre migrants mais, également, entre migrants et Mahorais, sur les modalités d’accès à l’accès à la terre et au travail. Enfin, dans une situation où le caractère illégal des pratiques prévient a priori tout recours au système légal métropolitain, la recherche se focalise sur les conditions de garantie des engagements et les processus de résolution des litiges.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (409 p.)
  • Annexes : Bibliographie 273 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.