Structure génétique, biochimique, morphologique et écologique de Oenocarpus bataua Mart. (Arecaceae) : perspectives pour la valorisation durable d’une ressource forestière néotropicale

par Rommel Montufar Galarraga

Thèse de doctorat en Biologie et agronomie

Sous la direction de Serge Hamon.

  • Titre traduit

    Genetic, biochemical, morphological and ecological structure of Oenocarpus batawa Mart. (Arecaceae) : perspectives for the sustainable use of a neotropical non-wood forest ressource


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Au rythme actuel de déforestation de la région amazonienne, on s’attend à une sévère réduction de la diversité génétique, voire à l’extinction d’espèces natives de cette région. Dans le cas d’espèces économiquement prometteuses telles que Oenocarpus bataua (Arecaceae), l’érosion de la diversité génétique est de plus une préoccupation par rapport à la mise en place de programmes de domestications. Dans ce contexte, la présente recherche à pour but d’explorer la diversité génétique, biochimique, morphologique et écologique d’une espèce de palmiers largement utilisée par les habitants natifs et immigrants en Amazonie. Oenocarpus bataua Mart. Est un palmier monoïque largement distribué dans les terres basses du nord de l’Amérique du Sud. Ses fruits sont très recherchés pour leurs propriétés oléagineuses. La présente étude s’intéresse à plusieurs problématiques concernant la variabilité de l’espèce à différents niveaux taxinomiques. (i) Au niveau générique La position taxinomique de O. Bataua soit dans le genre Oenocarpus soit dans le genre monospécifique Jessenia a été très controversée. Une phylogénie moléculaire basée sur des séquences d’ADN chloroplastique réalisée au cours de cette étude est en accord avec la réduction de Jessenia en synonymie de Oenocarpus. (ii) Au niveau infraspécifique La variabilité biologique de O. Bataua a été étudiée par le passé sur la base des seuls caractères morphologiques. Ces études ont identifié deux variétés : var. Bataua de l’Amazonie centrale et occidentale et var. Oligocarpa des Guyanes. L’analyse génétique basée sur les données AFLP ainsi qu’une étude de la composition en acides gras des fruits révèlent une forte différentiation entre ces variétés. De plus, le génotypage d’un polymorphisme d’inversion dans une séquence chloroplastique distingue également les deux variétés. (iii) Au niveau populationnel Afin d’améliorer la connaissance de l’histoire naturelle de cette espèce, une étude écologique à une échelle régionale a été conduite pour caractériser les préférences écologiques de O. Bataua dans l’Amazonie occidentale. Ce travail à montré l’éxistence d’un écocline dans la distribution de l’espèce, les populations de l’extrême ouest et est de la zone étudiée étant spécialisées au niveau édaphique, tendis que les populations intermédiaires sont généralistes. L’étude de la structure de la diversité génétique dans cette région à l’aide de marqueurs microsatellites montre que les différentes populations ne forment pas des groupes distincts, en particulier en relation avec la spécialisation édaphique, et semblent au contraire être connectées entre elles par des flux de gènes à relativement grande distance. Cette thèse fournit de nouveaux éléments concernant la structure de la variabilité de O. Bataua, sur la base de différents jeux de données, ainsi que des données nouvelles sur la composition de l’huile du mécocarpe, qui est le produit principal tiré de cette plante

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (109 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.