Etude de quelques gènes codant pour les récepteurs d’éthylène chez les caféiers

par José Bustamante

Thèse de doctorat en Génomique et amélioration des plantes

Sous la direction de Alexandre de Kochko.

  • Titre traduit

    Study of some genes coding for the ethylene receptors on coffee trees


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Connaissant le rôle majeur de l’éthylène dans la maturation des fruits, ce travail a été entrepris afin de déterminer la nature des récepteurs d’éthylène chez les caféiers, leur possible implication dans la maturation du grain et leur rôle éventuel dans l’accumulation de certains composés dans le grain. Les ADNc et les séquences génomiques correspondantes des récepteurs d’éthylène ETR1, EIN4 et ETR2 ont été clonés et caractérisées chez Coffea canephora. Chacun de ces gènes n’existe que sous la forme d’une seule copie dans le génome de cette espèce. La structure de la partie transcrite des gènes a été établie. Grâce au polymorphisme des séquences introniques, la variabilité intra et interspécifique a pu être analysé. Les gènes ETR1 et EIN4 ont été placés sur des cartes génétiques disponibles. L’analyse de la ségrégation d’ETR1 dans une population issue de back-cross entre deux espèces sauvages, a montré que ce gène est lié à la durée du cycle de fructification, la teneur en caféine dans les grains et le poids de 100 grains. L’analyse de l’expression génique montre que l’ETR1 est exprimé avec la même intensité à tous les stades de développement du fruit. Cependant, différent transcrits épissées de manière différente semblent indiquer une régulation post transcriptionnelle complexe. L’expression d’EIN4 augmente sensiblement pendant le dernier stade de maturation, tandis que l’expression d’ETR2 augmente de manière significative pendant la crise climactérique. La surexpression et le possible silencing des gènes ETR1, ETR2, EIN4 ont été conduites chez Arabidopsis thaliana, Nicotiana tabacum et Solanum lycopersicum. La surexpression d’ETR1 et EIN4 chez A. Thaliana induit un phénotype similaire à celui d’un mutant insensible à de basses concentrations d’éthylène car les plantes transformées étiolées montrent un gravitropisme négatif. Tandis que l’expression en orientation anti sens d’EIN4 induit une tolérance à la salinité chez A. Thaliana. La surexpression d’ETR1 induit de la stérilité mâle chez N. Tabacum, car les fleurs des plantes transformées n’ont pas d’étamines. Nous avons pu montrer un rôle important de ces gènes tant dans le développement et la maturation des fruits de caféiers que dans différents aspects du développement de la plante.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.